J’ai lu… « Avant toi », de Jojo Moyes (un joli roman sur la liberté de chacun à mourir dans la dignité)

 

Hello mes petits amours !

 

Voilà bien longtemps que je n’ai pas publier par ici mais je ne vous oublie pas pour autant (« nonnnn, jamais ! » comme dirait cette chère Céline Dion). Du travail par dessus la tête, des séances de baby-sitting intenses, énormément de pensées qui tourbillonnent dans ma tête me retiennent ailleurs pour le moment. Il y a des périodes comme ça, mais j’espère de tout cœur revenir le plus vite possible parmi vous. Partir pour mieux revenir ♥ (il paraît). Toujours est-il que je reviens aujourd’hui le temps d’un article « lecture coup de coeur » et que j’espère que d’autres suivront vite. Ces dernières semaines, dès que le temps et que mes projets personnels me le permettaient, j’ai enchaîné les lectures à un rythme quasi boulimique. Au final : beaucoup de déceptions et peu de coups de cœur hormis, peut-être, Le vieux qui lisait des romans d’amour de Luis Sepulveda et La rêveuse d’Ostende d’Eric Emmanuel Schmitt qui m’auront tout de même faits passer d’agréables moments mais dont je ne parlerai pas plus en détails ici. Puis, après cette période un peu tristounette en découvertes, voilà que j’enchaîne les pépites depuis quelques temps (HOURRA !). Je sors à peine d’un roman superbe, bouleversant à souhait et bourré d’espoir, tant et si bien qu’il m’était impossible de ne pas prendre la plume dans la seconde pour le partager avec vous. Attention : une grosse boîte de mouchoirs est plus que requise pour se plonger dans ce livre captivant, aux allures de romance déguisée mais au sujet plus que profond…

 

Avant toi…
Se plonger dans l’histoire

 

Lou Clarke, une jeune femme ordinaire mais pleine de générosité, mène une vie plus que monotone dans le village anglais où elle est née et qu’elle n’a jamais quitté. Lorsque le café où elle travaille met la clé sous la porte, la jeune femme est démunie. Issue d’un milieu modeste, elle accepte en désespoir de cause un contrat de 6 mois en tant qu’aide soignante afin d’aider sa famille à s’en sortir. Du jour au lendemain, elle se retrouve au service de Will Traynor alors que leurs destins n’auraient jamais dû se croiser. Issu d’une famille bourgeoise, brillant entrepreneur passionné de sports extrêmes et de voyages, la vie toute tracée de ce dernier a basculé du tout au tout suite à un terrible accident de voiture qui l’a laissé tétraplégique. Depuis, l’homme séduisant, très actif et croquant la vie à pleines dents qu’il était perd chaque jour un peu plus le goût de vivre. La rencontre de ces deux personnages que tout oppose va s’avérer explosive. Dès le commencement, les deux jeunes gens se portent une haine cordiale mais réciproque. Cynique et froid, Will ne fait rien pour arranger le quotidien de Lou qui découvre pour la première fois le handicap au quotidien et qui vit plutôt mal ces débuts à ses côtés. Comment aider au mieux cet homme prisonnier de son propre corps mais qui ne rêve que de liberté et qui ne semble pas le moins du monde vouloir de son aide ? Alors que Lou commence à prendre ses marques, elle va faire une découverte glaçante : si elle a été engagée en réalité, c’est pour redonner à Will le goût de vivre. Une course contre la montre avant que celui-ci ne fasse appel à une société aidant ceux qui le souhaitent à mourir dans la dignité… Il ne reste que six mois à la jeune fille pour rappeler à Will que la vie vaut la peine d’être vécue envers et contre tout. Alors que tout les sépare, Will et Lou vont progressivement se découvrir, s’apprivoiser et nouer des liens qu’ils n’auraient certainement jamais imaginé.

 

avant-toi-jojo-moyes-couverture

 

Avant toi…
Je me lance ou pas ?

 

Peut-être vous le direz-vous tout de suite, difficile de ne pas penser au magnifique « Intouchables » en lisant le pitch de l’histoire. Même si Omar Sy a d’immensessss qualités, reconnaissons que la « relation » entre Lou et Will a tout de même nettement plus de charme ! De ce livre, difficile de ne pas aimer d’emblée chaque détail. Tout est amené avec une telle finesse, un tel naturel, qu’il est impossible de ne pas succomber à chaque mot. J’ai craqué devant les liens qui unissent Lou et Will au fil du temps et pour la façon dont chacun apprend de l’autre et grandit à son contact. C’est beau, c’est frais, ça redonne de l’espoir ! Alors bien sûr, on sent venir leur rapprochement à mille kilomètres. Si on est honnête, on peut même dire qu’on l’espère. Puis il finit par arriver, enfin. A l’horizon : pas de clichés, pas de « gnan gnan ». Juste une magistrale rencontre entre deux âmes qui se reconnaissent et s’apprivoisent. Chaque personnage a été pensé et « dessiné » avec goût : la mère de Will, femme hautaine et froide mais terriblement blessée par la vie. Nathan, l’infirmier et ami de Will présent en toutes circonstances. Le petit ami de Lou (un imbécile qui passe plus de temps à préparer le prochain triathlon qu’à s’occuper de ce qui se passe dans la tête de sa fiancée). La famille de la jeune fille, incroyablement haute en couleurs, à la fois agaçante, intrusive, égoïste mais aussi terriblement aimante, véritable petit clan uni face à l’adversité. On rentre dans l’histoire comme dans une couverture bien chaude un soir d’hiver. On s’y sent en sécurité. Et on ne veut plus en sortir !

 

Malgré la sensibilité du sujet (le handicap, l’euthanasie…), Jojo Moyes a réussi le tour de force d’écrire un roman léger et plein de vie. Lou est censé prouver à Will que la vie vaut la peine d’être vécue, mais et si c’était le jeune homme qui lui donnait finalement une vraie leçon de vie ? Progressivement, il va montrer à Lou qu’elle n’est même pas consciente de ses immenses capacités et de tout ce que sa vie pourrait être si elle prenait la peine de sortir de sa zone de confort, de prendre des risques, de cesser d’avoir peur… d’aimer, aussi. Car le plus coincé dans sa vie n’est peut-être pas celui qu’on croit au premier abord… On rit beaucoup avec ces deux personnages aux (très) forts caractères, on suit leurs aventures en les couvant du regard mais on a également beaucoup de difficultés à repousser l’émotion qui s’empare de nous au fur et à mesure de notre lecture. J’ai terminé ce livre les larmes aux yeux et je n’essaierai même pas de m’en cacher ! #commentçatropsensible?! Au-delà de cette légèreté assumée, on ne peut toutefois pas oublier le thème principal de ce roman qui reste l’euthanasie et le droit à mourir dans la dignité. Ce sujet qui me tient à cœur est particulièrement bien mené : derrière l’apparente distraction, difficile de ne pas se mettre à la place des personnages et dans les baskets de Will. Que ferions-nous à leur place ? Bien évidemment, on s’attache à lui et on espère, tout comme ses proches, qu’il renonce à ses projets. Mais si nous avions été à sa place, vivant notre vie à cent à l’heure, comment accepter sincèrement de devenir dépendant d’une tierce personne du jour au lendemain et ce jusqu’à la fin de ses jours ? Bien que ce sujet heurte la sensibilité et les convictions des uns et des autres, je l’ai trouvé traiter avec une grande intelligence et beaucoup de finesse. Il questionne et nous fait réfléchir sur ce que nous pensons connaître du sujet (souvent très mal d’ailleurs…).

 

Évidemment, le sujet du handicap est aussi traité avec une grande profondeur et montre à quel point la société actuelle reste incroyablement mal adaptée quant à l’accueil des handicapés. Une fiction qui reflète la réalité de millions de personnes en somme et qui nous fait prendre conscience des énormes progrès à faire dans le domaine… Grâce à Lou et Will, nous comprenons aussi et surtout à quel point nous sommes tous handicapés, chacun à notre manière. Au-delà du fauteuil roulant, on réalise vite que Lou est tout aussi handicapée que le jeune homme en étant prisonnière de sa propre vie. Tout comme lui, elle est « limitée » dans ses mouvements et dans ses possibilités. Will va lui apprendre de la plus belle des façons que les vraies limites ne sont que celles que nous nous créons et qui nous emprisonnent. Et si ces deux-là parvenaient enfin à se libérer mutuellement en s’aidant l’un et l’autre et en repoussant leurs propres limites, physiques comme émotionnelles ? L’occasion de prendre de l’amour en pleine tête : car l’amour, c’est aussi accepter de faire des sacrifices (parfois immenses) pour le bonheur de l’autre et même si l’on en souffre. Aimer l’autre, c’est l’accepter dans toute sa complexité et respecter ses décisions, ses choix de vie, même si on ne les partage pas. Aimer l’autre, c’est le soutenir en toutes circonstances, dans toutes les épreuves (même les pires paraît-il). Aimer l’autre, c’est peut-être aussi et surtout accepter de le laisser s’en aller le moment venu… Mais l’amour peut peut-être aussi redonner le goût de vivre et rendre des ailes à ceux qui les ont perdu ? Peut-être suffit-il d’y croire pour que cela soit possible et que l’amour opère des miracles ?

 

En résumé, j’ai vraiment été conquise par Avant toi que j’ai dévoré en quelques soirées, sans même m’en rendre compte. Bien que l’histoire soit dépourvue de mélo et respire la sobriété, j’ai justement été bouleversée par sa grande simplicité et sa timide délicatesse. A ceux qui craignent la « romance », jetez-vous y les yeux fermés car elle reste pleine de réalisme et est peu mise en avant. La fin du roman m’effrayait : je craignais qu’elle ne soit trop consensuelle, trop « convenue ». Trop « irréelle » en un mot. Mais il n’en a rien été et je termine ce roman sur un coup de cœur, moins fort que celui ressenti pour Nos Étoiles Contraires toutefois, mais tout de même plein de charme et aussi intelligent dans son traitement. Un livre qui sonne comme une belle leçon de vie et qui nous rappelle qu’il faut absolument profiter de la vie tant qu’on le peut. Sûre que cette histoire saura toucher tous ceux qui s’y plongeront, à l’image de la merveilleuse rencontre entre Lou et Will…

 

Publicités

3 réflexions sur “J’ai lu… « Avant toi », de Jojo Moyes (un joli roman sur la liberté de chacun à mourir dans la dignité)

  1. Wooow une lecture coup de coeur !
    🙂 cela fait aussi un moment que je n’ai pas eu de temps pour m’occuper correctement de mon blog ! je suis dans la meme période que toi, hélas… Gros bisous 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s