Ces femmes castratrices…

 

Hello mes petits amoureux ! 

 

Hier soir, dîner au restaurant avec un ami. A peine installée, je saisis la carte et tente de trouver ce qui fera taire mon estomac qui crie famine (un dinosaure serait pas mal en sachant que le Starbucks dévoré une heure avant n’a visiblement pas été suffisant). Le restaurant est quasiment vide – ce qui lui donne un petit côté intime qui ne manque pas de charme – mais le serveur doit avoir une dent contre nous : il trouve le moyen dinstaller dans une intervalle de trois minutes (un record) un couple à notre gauche et un couple à notre droite… Merci bien, on avait justement peur de s’ennuyer tous les deux ! Nous voilà bien entourés au moins (promiscuité forcée du soir bonsoir !). Alors que nous sirotons tranquillement notre Martini blanc, tout se passe dans un calme apparent. Les deux autres couples ont le nez dans la carte et se lancent des regards enamourés l’autre partie du temps. On sait depuis la nuit des temps que l’équilibre qui unit un couple est plutôt très fragile, instable, précaire, hasardeux… (OK, je m’arrête là). Que le moindre petit coup de vent peut parfois suffire à le faire vaciller. Qu’une simple allumette peut mettre le feu aux poudres. Qu’une fois le loup dans la bergerie… Bref, tu m’as compris lecteur ! Mais ce dont on ne parle pas assez, c’est qu’il suffit parfois d’une toute petite sonnerie de portable. Et là, c’est le drame… Let’s have fun !

[saut]

Franchement, le bonhomme attablé à ma droite aurait dû sentir le vent tourner s’il avait un tant soit peu le nez fin. A peine arrivés, sa charmante amie qui avait l’air (déjà ?) remonté comme une baraque à frites lui a fait observer d’un ton cassant quil aurait été gentleman de sa part de lui laisser la banquette. Ni de une ni de deux et sans poser de questions (bien discipliné le mec ! J’aurais dû demander sa technique à la nana…), il s’est levé et lui a cédé sa place (avec le sourire en plus. Là il m’a carrément sciée je dois dire !). On pourrait penser que l’affaire qui n’en était pas une était close, qu’ils allaient reprendre leurs roucoulades et œillades amoureuses au-dessus de leurs verres de vin rouge mais ce n’était en fait que le début. La nana avait le verbe haut et le mot « discrétion » ne faisait visiblement pas partie de son vocabulaire. Bon, je dois reconnaître pour sa défense que les 3 centimètres qui devaient séparer nos tables n’étaient pas vraiment suffisants pour avoir une conversation discrète entre quatre yeux. Mais tout de même, on sentait l’envie sourde de faire profiter à ses voisins de table ce petit sketch qui n’avait de drôle que l’appellation. Le nez plongé dans mon délicieux onglet de bœuf (ou de cheval, allez savoir à notre époque ?!), j’essayais vainement de fermer mes oreilles et de reprendre ma conversation avec mon ami. Mais ni lui ni moi n’y parvenions. Quelque chose proche dune entrée en guerre était en train de se déclarer à la table voisine et il était difficile de l’ignorer !

[saut]
pour-vivre-heureux-vivons-caches

Source

[saut]

Nos voisins parlèrent successivement travail (sympa d’aller dîner avec sa compagne après une journée de boulot et de parler justement… boulot. Il fallait y penser !), famille, amis… Mais rien à faire : Madame avait visiblement un avis sur tout et sur tout le monde et de préférence totalement inverse à celui de son compagnon (c’est plus drôle paraît-il : pourquoi être d’accord quand on peut être en désaccord ?). Avec une patience d’ange, le mec la laissait dire et la laissait exposer sa hargne avec une facilité déconcertante. Lorsqu’il a enfin tenté de rétorquer gentiment, il s’est vu rabattre son caquet par un magnifique « Ne me parle surtout pas comme ça, je te préviens. Je ne le tolérerai pas ». C’est comment déjà le mot ? Ah oui : CASTRATRICE ! La conversation entre eux à repris bonant malant, Monsieur faisant un grand effort pour arrondir les angles. C’est à peine si on recommençait à respirer en pensant que le pire était passé qu’une petite sonnerie a annoncé que l’un des deux avait reçu un SMS. Visiblement, il s’agissait de Monsieur. Il s’est excusé (d’autres n’auraient sans doute pas pris cette peine), a regardé le message et y a répondu très brièvement. Mais c’était sans compter sur les remarques de Madame bien sûr ! « C’EST QUI ? » « IL DIT QUOI ? » « MAIS QU’EST CE QU’IL VEUT SAVOIR EXACTEMENT ? » « TU ES VRAIMENT OBLIGÉ DE LUI RÉPONDRE MAINTENANT ? ». L’ami qui m’accompagnait ne communiquait plus avec moi qu’avec le regard et je pouvais voir sur son visage à quel point il était estomaqué par la situation. Monsieur s’est empressé de ranger son téléphone et de recentrer TOUTE son attention sur celle qui en voulait visiblement beaucoup. Je vous jure que j’ai même cru voir de la fumée sortir de ses oreilles. Le zen, l’harmonie, la joie toute simple de profiter d’un moment à deux… On ne sentait vraiment rien de tout ça à leur table. A la place, je voyais des WARNING clignoter en lettre de néon dans les yeux de la nana.

[saut]

love-hate

[saut]

Mon délicieux dessert venait à peine d’arriver quand Monsieur a reçu un deuxième texto. Qu’il a regardé sans s’excuser cette fois-ci. Tu vas peut-être me dire lecteur qu’il cherchait les problèmes mais je crois sincèrement que quoi qu’il aurait fait, elle aurait toujours trouvé quelque chose à redire de toute façon… Ce fut donc le retour des adorables : « C’EST QUI ENCORE ? P***** MAIS TU NE PEUX PAS LUI DIRE QU’ON EST AU RESTAURANT LÀ ? NON MAIS JE RÊVE, TU NE VAS QUAND MÊME PAS LUI RÉPONDRE EN PLUS ? TU NE RESPECTES VRAIMENT RIEN ». Franchement, cette situation commençait (continuait ?) à devenir complètement grotesque. Je me serais volontiers retournée vers le jeune homme pour lui conseiller de retrouver dans son pantalon ce qui est censé faire de lui un homme d’un point de vue physique mais j’avais trop peur de me retrouver avec le couteau de la furie qui l’accompagnait planté dans la main. Ce dernier a eu beau mettre de côté son portable dans la seconde, l’emmerdeuse (désolée mais c’est comme ça que j’appelle ça moi) ne voulait pas en rester là.

[saut]

Elle a ouvert son sac, saisit son portable et commencé à vociférer qu’elle allait elle aussi envoyer des SMS pendant leur dîner pour qu’il réalise à quel point c’était agréable puisque visiblement il n’avait pas assez de neurones pour le comprendre tout seul. Tout en agitant son portable devant son nez, elle n’arrêtait pas de s’exclamer : « à qui est-ce que je pourrai bien écrire moi, à qui est-ce que je pourrai bien écrire ?! » (à l’heure qu’il est, je ne sais toujours pas si elle a trouvé). Le fou rire m’a gagné lentement mais sûrement. J’essayais de piquer du nez dans ma glace et de me gaver de chantilly mais impossible, je mourrais d’envie de m’esclaffer. J’évitais soigneusement le regard de mon ami qui était dans le même état que moi et qui me donnait des coups de pieds sous la table pour qu’on se calme. C’était absolument tordant. Pendant cinq minutes, je me suis réellement crue dans le sketch de Florence Foresti, « J’aime pas les filles ». Tu sais lecteur, cette fameuse réplique : « Je ne sais pas ce que j’ai mais j’ai bien envie de bouder un coup. Qu’est-ce que je pourrai bien faire pour lui montrer que je boude ?! ». Hé bien cette jeune femme semblait tout droit sortie de ce sketch à la différence près qu’elle ne plaisantait pas le moins du monde.

[saut]

Mon ami et moi avons réglé la note en vitesse et avons quitté le restaurant aussi vite que possible. Sur le parking, nous nous sommes esclaffés comme jamais au point d’avoir du mal à retrouver notre souffle. C’était grandiose ! Nous avons été obligés de constater, après nous être enfin calmés, que cette femme complètement hystérique, suspicieuse, acariâtre et castratrice était tout de même en couple. Que ce soir, elle se coucherait aux côtés de cet homme après avoir passé une bonne partie de la soirée à le persécuter et à lui parler comme un chien (à part s’il la largue d’ici-là évidemment. Sait-on jamais !). Loin de moi l’idée de dire que les hommes aiment les dominatrices et les femmes de caractère qui prennent les choses en main (à ce niveau-là cependant ce n’est plus du caractère, croyez-moi !) mais en fait si, ils semblent clair qu’ils aiment les casses-bonbons qui les fliquent et les empêchent de respirer. Il n’y aurait pas quelque chose qui cloche quand même ?! Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas… Enfin là mec, ce n’est plus une histoire de cœur ou de raisons mais de débilité. La nana le martyrise et lui fait une scène en public et il se contente d’arrondir le dos et de faire le beau pour qu’elle se calme. Étrange façon d’envisager l’amour et le respect qui doivent naturellement découler d’une relation…

[saut]
feelings-on-off
[saut]

Régulièrement, on me demande pourquoi je ne cherche pas par tous les moyens à me caser (visiblement, l’idée qu’on puisse être seule et épanouie au XXIe siècle n’est pas encore entrée dans les normes). En sortant du restaurant, je me suis dit que c’est aussi pour ça quon est mille fois mieux seul que mal accompagné. Et que je suis définitivement mille fois mieux seule que mal accompagnée ! Évidemment, un couple ça n’est pas que des bons moments et personne n’a la naïveté de le croire (enfin espérons). Je ne connais pas la vie privée de ce couple, peut-être très heureux par ailleurs (même si ça semble très difficile à croire !). Je n’ai passé qu’une petite heure en leur compagnie et les apparences sont souvent trompeuses. Le mec en question est peut-être un horrible goujat. Peut-être avait-elle retrouvé pour la énième fois ses chaussettes sales au pied du lit le matin. Peut-être qu’elle avait dû lui demander vingt fois d’éteindre sa console avant qu’il daigne la suivre et aller au restaurant avec elle. Peut-être qu’il a la fâcheuse habitude de répondre aux textos alors qu’elle est en train de lui parler. Ou tout simplement qu’il ne l’écoute jamais. Mais peut-être aussi qu’elle est juste vraiment casse-bonbons (hé oui, il y en a). Quand deux personnes incompatibles se rencontrent, ils devraient se prendre une énorme décharge électrique au moment de se faire la bise. Ou une grosse inscription « FATAL ERROR » devrait surgir de sous terre pour nous prévenir qu’on s’apprête à faire une énorme connerie, juste pour le principe. Au lieu de ça, les gens préfèrent s’entêter dans une relation qui ne leur apporte rien de bon et dans laquelle ils ne s’épanouissent pas (à part si on aime l’idée que tout un restaurant nous voit nous faire broyer les noisettes en direct live). En cette journée de la femme, difficile de ne pas penser aussi à ces hommes pour qui c’est tous les jours leur fête… (mais ils ont choisi des femmes « castratrices »… Alors qu’ils les assument donc !).

[saut]

Et toi lecteur, un homme (ou une femme !)
qui répond à un SMS pendant votre dîner :
tu t’en moques ou tu cries à l’infamie ?  

Un avis sur ces femmes qui piquent des crises en public
et aiment humilier leurs compagnons ?

Publicités

18 réflexions sur “Ces femmes castratrices…

  1. Cette meuf est juste monstrueuse et ton article m’a donné envie de vomir (enfin dans le sens, son attitude m’a énervée) et je vois tellement la scène que j’aurai pu être dégoûtée de mon repas.
    Celle-là est une pute gratinée !!!
    Rah mais quelle conne !

    Pardon hein, mais elle m’a foutu la rage ^^

    • OUF, je suis soulagée que ce ne soit pas vraiment mon article qui t’ai donné envie de vomir !!! 😉 Franchement c’était complètement dingue comme scène et avec le recul je me dis vraiment qu’elle était folle… Il faut dire que le mec était d’un tel calme qu’il m’a impressionné. Si ça se trouve, il est tellement habitué à ses crises de nerf qu’il n’écoute même plus 😀 Quelle soirée…!
      Bisous

  2. J’adore!! Comment tu nous tiens en haleine! C’est mieux qu’un polar. T4as envie de savoir si à la fin quelqu’un se retrouve planté!

    Bon sinon perso, je tolère que la personne avec qui je mange, réponde au téléphone. SI c’est juste un ami, je m’en fou total, si c’est un peu plus qu’un ami c’est différent. Un, deux ou trois
    messages ça passe. Après ça commence à m’agacer et je lui fais savoir. Enfin surement plus calmement que cette hystérique!!!

    • Ahah merci beaucoup pour le compliment 🙂 Je dois avouer que franchement, moi aussi je vivais le suspense en direct live : je me demandais si elle allait carrément lui coller une gifle avant la fin du repas ou s’il allait la planter là et se casser. Je regrette d’être partie avant mais à part en commandant dix cafés à la suite je ne pouvais pas rester plus longtemps !! J’aurais sûrement fini par éclater de rire ou par lui dire de se mettre au Xanax… ! Bon weekend !!

  3. Impensable pour moi d’humilier son amoureux en public!
    Les affaires privées restent privées! Donc autant laver son linge sale à la maison…
    Merci pour ton article
    Bisous

    • On est d’accord, je ne peux même pas envisager qu’on puisse humilier un autre être humain mais en plus quelqu’un qu’on est censé aimer et respecter c’est juste impensable. Comme tu le dis si bien, les affaires privées sont censées se régler en privé… Mais visiblement ça n’en arrête pas certain(es), preuve en est ! Peut-être que ça donne l’impression à ces personnes d’avoir du pouvoir… C’est incompréhensible pour moi ! Merci à toi pour ton commentaire et à bientôt 🙂 Bisous

  4. Contente de te retrouver ma belle et surtout avec un si bel article. D’expérience je pense sincérement que certains hommes aiment les chieuses, j’ai des exemples criant de vérité autour de moi.

    Pour les sms au resto, je dis ok, mais ca doit s’arrêter à 1 ou 2. Je sors d’une relation où on n’était jamais deux, jamais de tête à tête, parce qu’il y avait toujours des sms ou des appels
    entre
    deux plats…..à la longue c’est très saoulant aussi.

    Tu as bien raison mieux vaut être seule que mal accompagnée……et puis vivre seule c’est pas une tarre!!

    De grosses bises. xx

  5. J’allais me coucher quand j’ai eu l’alerte d’un nouvel article et ni une ni deux j’ai foncé … et j’ai bien fait. Je sens que je vais super bien dormir moi ce soir ! 🙂
    Avant de commencer, je te souhaite une très belle journée de la femme tout de même. Maintenant revenons à ton article.
    Jusqu’à maintenant, recevoir un SMS pendant le dîner au restaurant ne me gêne pas et s’il veut répondre, qu’il me le demande quand même avant au cas où je serai plongée dans un de mes speeches d’une heure (d’ailleurs, j’ai pas fini ma crêpe au resto ce soir (et j’étais avec ma pote ^^)). Se donner en public peut me mettre mal à l’aise car je suis plutôt du genre réservée au resto et j’aime ma tranquillité mais j’avoue que si le spectacle est aussi comique que celui auquel tu as assisté alors j’aurais ri mais je crois bien que j’aurais craqué avant la sortie (j’ai encore du mal
    à canaliser tout ça) par contre.
    Comme tu dis, vaut mieux être seule que mal accompagnée. Comme toi je suis seule et je le vis bien (jusqu’au jour où ma frangine va ramener un Jules à la maison familiale et là … ça va être le
    temps de la remise en question si je suis toujours seule). Enfin bref pour te dire que j’ai adoré ton article comme toujours ^^ Bisous et bonne nuit (car là, faute d’amoureux, c’est Morphée qui me réclame (mais sans être Christian Grey (dommage … ou pas))).

    • Roo merci ma copinaute, une très belle journée des droits de la femme à toi aussi 🙂 Franchement je suis comme toi : j’ai du mal à comprendre les gens qui se donnent en spectacle en public. Après je sais aussi que parfois, on peut être dépassé par ses émotions. Mais tout de même, je pense que certaines choses peuvent se régler en privé entre quatre murs ! Je dois quand même remercier ce couple (ou plutôt cette folle) qui nous aura fait mourir de rire et passer une soirée hors du commun !! A part ça je ne sais pas quel âge à ta sister mais d’ici à ce qu’elle ramène un Jules tu as peut-être le temps de trouver le sosie de Christian Grey… 😉 ahah ! Je te fais de gros bisous et encore merci pour tous tes p’tits commentaires qui me donnent toujours le sourire.

  6. Nous au resto on regarde nos portables, on le pose sur la table, mon mec décroche quand on l’appelle (une fois ça va si ça ne dure pas trop mais après ça m’énerve) et on répond aux sms (ça, ça va moi je le fais aussi)… C’est peut-être bête à dire mais on va pas vraiment au resto pour être « en amoureux », on va au resto pour manger vite fait parce qu’on a la flemme de cuisiner ^^.

    Après, la meuf, je la trouve juste ouf, je déteste littéralement les gens qui ne sont jamais contents. Je crois que j’étais beaucoup comme ça avant et que j’ai fait la part des choses… Du coup, ça doit m’agacer.

    En tout cas, je pense que, comme toi et ton ami, mon chéri et moi, on se serait tapé un méga fou rire.

    • Oh je te rassure, je ne sous-entends pas qu’on va forcément au resto pour passer un moment en amoureux ! Ca peut être juste un moment de détente voire de grosse flemme, aucun souci là-dessus 😀 Mais pas un moment où on s’arrache les yeux en tout cas et où on règle ses comptes !! Il y a d’autres endroits plus indiqués pour faire ça tranquillement ! Honnêtement, j’ai trouvé ça juste dingue. Au-delà du fou rire, la nana était juste cinglée, du genre qui ne supporte rien ni personne. Un peu triste je trouve ! En tout cas c’était un moment savoureux en tant que spectateur même si j’ai peu parlé avec mon ami du coup… Heureusement qu’on avait déjà papoté une bonne partie de la journée sinon ça aurait été dommage 😉 Bises !

  7. J’adoooore ton article ! Je ne sais pas si j’aurais pu me retenir de rire à la table perso ^^
    Pour répondre à tes questions, ça ne me dérange pas que mon copain répondent à des sms à table (en même temps, il reçoit rarement des sms à ce moment là), j’suis pas du genre à l’envahir de questions quand ça arrive. Ou alors parfois il me dit spontanément qui c’est. Je suis du genre à détester toutes ces femmes castratrices qui empêchent leur copain ou mari de faire ce qu’ils veulent et qui les humilient littéralement en public. Les hommes ne sont pas des
    chiens, si c’est bonnes femmes veulent quelqu’un qui leur réponde au doigt et à l’oeil, elles sont en plein délire. Chacun a ses besoins même en couple, et l’important pour qu’une relation reste équilibrée, c’est le respect de la liberté de l’autre.
    Et puis perso, à la place du mec, je l’aurais largué au resto la meuf ! ^^

    http://human–oddity.blogspot.fr/

    • Tu as tout dit je crois ! Je me serais étouffée si le mec avait eu l’audace de la planter en plein resto… Mais peut-être que ça aurait été le moyen de la faire taire 😀 Perso je suis comme toi, je ne vois pas le mal qu’il y a à répondre à un sms en plein repas du moment que ça ne dure pas trois plombes ! Je ne vois pas comment un couple peut s’épanouir dans la mesure où une des deux personnes est brimée et que ses libertés ne sont pas respectées. C’est purement et simplement nocif. Mais vu de l’extérieur et une fois passée la stupeur c’était d’un drôle !! On était en pleine 4e dimension… Bisous et merci pour ton passage ici, ça me fait super plaisir 😉

  8. Super drôle ! J’ai beaucoup aimé, bon pas drôle pour le couple que tu décris…Mais franchement, j’ai visualisé et c’est comme si j’avais partagé ce moment ! De grands éclats de rire, Merci !!!
    Sinon, je pense que le respect est une vraie valeur dans un couple…

    • Woah, merci pour tous ces jolis compliments Islandia ! Franchement cette soirée fut ME-MO-RA-BLE !! (enfin plus pour nous qui étions simples spectateurs que pour ce couple…). Aujourd’hui encore je me marre instantanément en repensant à cette soirée, bien que j’oscille entre angoisse pour le pauvre jeune homme en question et fou rire ! Impossible de ne pas partager ce moment sur ce blog 🙂 Je suis mille fois d’accord avec toi : tout passe par le respect dans un couple… Mais certains semblent visiblement penser le contraire et envisage l’humiliation en public comme un bon moyen de communiquer ! Bizarre bizarre…
      Bisous et à bientôt j’espère !

  9. Que tu racontes bien ! Je me suis retrouvé complètement dans cette histoire. J’ai vécu avec une femme de ce style et, si ça a duré un peu, c’est que je pensais au début que ça lui passerait. Fausse idée. Je comprends très bien l’attitude du mec; à mon avis, il ne voulait pas faire de scandale et essayait (en vain) de tout aplanir pour avoir la paix. Je sais que cela ne sert à rien. Car ce genre de femme est précisément celles qui aiment faire du scandale et le montrer à la terre entière. Elles veulent tout régir …

    • Ton témoignage prouve qu’on peut vivre avec une femme de ce style et s’en sortir vivant, heureusement ! 😉 Comme tu l’as si bien dit, il est fort probable que rien ne puisse les faire changer d’un iota de toute façon… Ces femmes ont forcément besoin d’un public. Je comprends que l’homme ait tenté d’aplanir la situation, c’est tout à fait compréhensible. Mais quelle tristesse de se dire que leur relation est probablement vouée à l’échec dans ces circonstances… En tout cas je suis ravie que ce texte t’ai plu, merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s