Si on devait mourir demain… ♪

 

Hello mes petits survivants !

 

Bon, cette fois-ci, je pense pouvoir dire sans trop me tromper que l’heure est grave. Si on devait mourir demain, toi, qu’est-ce-que tu ferais ? (pour reprendre les mots de ce cher Pascal Obispo !). Vous allez me dire, si on devait VRAIMENT mourir demain, il n’est plus tellement temps de se poser la question. Mais en vrai, qui peut dire qu’il est assez heureux, qu’il a accompli assez de choses, réalisé assez de rêves pour pouvoir mourir sans regret demain ? The end is near… Si c’était vraiment la fin, tu retiendrais quoi, toi, lecteur ? Le meilleur ou le pire ? Les regrets ou les souvenirs heureux ? Peut-être que ce genre de « prophéties » fantaisistes n’a été créé que pour nous rappeler que nous ne sommes pas immortels et que la vie nous coule entre les doigts. Imaginez ce que ce serait de vraiment connaître la date de notre fin, d’avoir un compte à rebours gravé dans la peau à l’instar de Justin Timberlake dans ce film dont le nom m’échappe… Beaucoup diront qu’ils préfèrent ne pas savoir mais ce serait peut-être la solution. La solution contre cette folle envie qui nous pousse à tout remettre à demain, la solution contre la peur, la solution contre cette petite voix dans notre tête qui nous dit qu’on a le temps et qu’on pourra toujours réaliser nos rêves, profiter de la vie ou faire des folies plus tard. C’est follement humain de penser qu’il y aura toujours un demain. Mais c’est surtout très faux !

[saut]
the-end-is-near
[saut]

Je ne crois pas DU TOUT en une fin du monde annoncée (avoues, tu commençais sérieusement à douter de ma santé mentale pas vrai ?!) car je pense que ce serait beaucoup trop facile. Quand j’étais gamine, je me souviens avoir cru dur comme fer à la prédiction de Nostradamus. J’étais en Italie cet été-là et je courrais dans tout le village en criant que cette fois, on allait vraiment y passer ! Je voyais des signes partout : la pluie d’étoiles filantes (à laquelle j’assistais pourtant tous les ans), c’était un signe. Et ce magnifique levée de lune, bien plus orange que d’habitude, c’était encore un signe. Je ne savais pas encore comme on allait finir – carbonisés sous une pluie de météorites, statufiés par la lave d’une éruption volcanique sans précédent ou noyés sous les eaux des océans (mais non quelle idée, je n’ai pas du tout regardé « 2012 » à la télé avant hier !) – mais j’étais absolument sûre d’une chose : cette fois-ci c’était l’heure. Inutile de vous décrire ma tête au réveil le lendemain quand j’ai réalisé que notre monde était toujours ce qu’il était la veille… En mangeant ma glace sur la plage comme tous les jours, je me souviens m’être dit qu’on ne pouvait vraiment pas avoir confiance en l’humain qui se foire systématiquement une fois sur deux. Avantage ? Les angoisses de fin du monde, ça ne passe plus par moi (Childhood is Better : 1 – Fin du monde : 0).

[saut]

Personne ne peut connaître la fin et c’est justement tout le problème ! (sincèrement, moi j’aimerais beaucoup). Les Mayas n’ont jamais parlé de fin du monde mais de fin d’une ère, ce qui évoquerait plutôt un renouveau, le début de quelque chose de neuf (sans forcément passer par un cataclysme ou par l’éradication de l’espèce humaine !). J’y vois plutôt une occasion hors du commun de prendre un nouveau départ, symboliquement parlant. Je ne sais pas si notre société pourrait être davantage dans le caca (si si, c’est toujours possible me souffle-t-on dans l’oreillette) mais rassurons-nous en nous disant que ça pourrait difficilement être pire ! Ces délires de fin du monde m’attristent plus pour ce qu’ils causent de catastrophes, de peur et d’actes désespérés… Vivement le 22 qu’on se gausse bêtement de tout ça autour d’un bon apéro (« Nan mais moi j’y ai pas cru une seconde attends ! ») et le 24 pour qu’on s’empiffre et boive jusqu’à plus soif pour se souvenir à quel point nous sommes vivants.

[saut]
Mais trêve de plaisanteries : tu ferais quoi lecteur si le dernier jour de ta vie était arrivé ? Moi, (hypothétiquement of course !) je…
[saut]

* Je prendrais un avion pour le Mexique (faire une teuf de folie avec les Mayas sur une plage du Yucatan, moi ça me botte franchement comme fin !) (En vrai j’ai déjà peur de ce moyen de transport quand la Terre tourne rond alors je n’irai sûrement pas tenter le diable…)

[saut]
* Je boirais mon poids en margarita et en vodka et je chanterais à tue-tête tout le répertoire de Cloclo en faisant la Claudette sur un comptoir (un vieux rêve)
[saut]

* Je m’achèterai le sac Blossom de la nouvelle collection Gérard Darel et j’irais faire un tour du côté de la Place Vendôme pour faire un casse chez Mauboussin (si on ne peut pas être futile le jour de la fin du monde, quand peut-on l’être mon bon Monsieur ? Je vous le demande). Enfin une bonne raison de claquer un SMIC dans la bague « Chance of Love » qui me fait de l’oeil depuis… toujours ! Les biens pensants diront que je ne pourrai même pas en profiter dans l’au-delà mais de mon compte en banque (vide) non plus, je répondrais. Donc on a que les plaisirs qu’on se donne, même (surtout ?) au moment de mourir !

[saut]

* J‘appellerais mon ex et je lui dirais à quel point c’est le plus grand c** que ce monde ait connu (je ne m’aventurerais pas plus loin, paraît-il que la galaxie est immense et on ne sait jamais sur qui on peut tomber demain). (Si on ne peut pas être casse-bonbon le jour de la fin du monde, quand peut-on l’être ma brave dame ? Je vous le demande). Certains me diront que « Love is all around » et que ce sont des paroles de paix qu’il faut proférer au moment de l’Apocalypse mais chacun finit sa vie comme il l’entend, non ?!

[saut]
Blagues à part, comme beaucoup d’entre nous et malgré la négociation serrée que j’ai mené avec mon patron, si le monde prend fin demain (on ne sait même pas à quelle heure le black out va se produire, si c’est pas abusé ça), je serai en train de bosser. Non mais honnêtement, qui a envie de finir sa vie de cette manière ?! Il devrait y avoir une loi contre ça. Mais qui sait, peut-être qu’en fonction des fuseaux horaires, la fin du monde va être avancée… ou décalée ! Si j’avais vraiment le choix, je crois que j’aimerais surtout être entourée des gens que j’aime, regarder de vieux albums souvenirs en buvant un bon thé au caramel et en me disant que la vie sur Terre, c’était pas si mal que ça. Je voudrais finir ma vie en souriant sur toutes ces petites imperfections qui m’auront fait râler un nombre de fois improbables et fait sans doute perdre un nombre incalculable de secondes (semaines, mois, années ?!) de vie mais qui l’auront tout de même rendue unique…
[saut]

Et toi mon lecteur chéri, si on devait mourir demain… ?
Ta fin du monde de rêve, tu la vis où, quand et comment ?
See you après-demain mes hirondelles bleutées 😉

[saut]

Publicités

15 réflexions sur “Si on devait mourir demain… ♪

  1. Ahahah c’est ce que j’ai sorti à mon mec aussi : « tu sais, si on meurt demain, on sera même pas ensemble, on aurait du prendre notre journée ! » ^^

    Et puis sinon, moi j’ai pas vu New York et j’ai encore pas mal de choses à faire mais je pense que si je mourrais demain je serai quand même heureuse des choses accomplies. Voilà !

    • On a pensé à la même chose en fait !!! La bonne nouvelle c’est que ce n’était pas le dernier jour (j’aurais été un peu fâchée quand même de le passer VRAIMENT au boulot), ahah. Tout comme toi je pense que j’ai encore de nombreusessss choses à accomplir, des choses que je veux découvrir et réaliser… Si le monde avait dû s’arrêter, j’aurais été heureuse du parcours déjà accompli mais tant qu’à faire, je suis contente qu’il nous reste du temps pour réaliser tous les rêves et les projets qui fourmillent dans notre tête. Joyeuses fêtes Xelou 🙂

  2. Tu sais que tu n’étais pas obligée de répondre pour obtenir ton invitation à dîner… Merci pour ton passage 🙂

    • Avec plaisir 🙂 Tu sauras que je ne fais jamais rien si je n’en ai pas envie ! (enfin… sauf pour faire plaisir aux autres ce qui arrive quand même régulièrement, il faut le dire :D). Quant à mon invitation à dîner, je l’avais déjà prise pour acquise de toute façon !!! Je te souhaite une très bonne année 2013, avec du bonheur à revendre, du bien-être en veux-tu en voilà et plein de moments exceptionnels ! Meilleurs voeux 🙂

  3. Mon homme avait pris son après-midi… Pas moi …
    Il comptait faire sa fin du monde pépère dans le canapé, sans gonz’ pour l’enquiquiner…
    Et bien, c’est rapé mon p’tit ga’s… Je suis rentrée !!

  4. Heureuse de prendre enfin un peu de temps pour te lire ma belle. Et te remercier pour tes mots de soutien et de réconfort (il faudrait vraiment qu’à l’occaz tu m’envoyes ton adresse mail!!!)
    Trêve de plaisanterie cette fois-ci j’ai vivement espéré que cette fin du monde arrive. Plus de douleur, plus de peur et une fin qui engouffrerait tout, le passé, mon présent tordu et un avenir
    que
    je percevais sans l’ombre d’un espoir.

    Et puis comme tout le monde je me suis réveillée vivante et décue. Mais la vie a repris ses droits et aujourd’hui si je devais mourir demain, je ne crois pas que je traverserais le bout du
    monde
    comme dans mes rêves les plus fous. Je crois que je m’assierais en face de la mer et que je repenserais à tous les beaux moments qui ont parsemés ma vie – je me dirais j’ai eu la chance de vivre
    et
    c’est déjà beaucoup.

    Des bises

  5. Si tu survis, je t’invite dans un restau tenu par une ex claudette et je veux te voir sur le comptoir 😀
    Bon allez, c’est pas tout ça mais je te laisse, je prends l’avions demain très tôt et j’ai envie d’être aux premières loges. Tchoo
    J’ai une faim du monde qui m’attends!

    • Bon bà on a visiblement survécu à la fin du monde, reste plus que Noël… 😀 CHICHE pour le restau !!! Plus sérieusement, pour que tu me vois sur un comptoir, il faudrait VRAIMENT que j’ai bu mon poids en vodka… Mais j’espère vivre assez longtemps pour faire un truc aussi dingue, soyons fous ! Joyeux Noël 🙂

  6. Comme toi , ma « fin du monde » se fera au boulot . Mais le top ce serait d’être avec mon monsieur et peu importe le lieu ou l’endroit . De toute façon , comme toi , je n’y croit que très peu !

    • Merci pour ton commentaire Emy ! Finalement ce n’était qu’une journée de plus au boulot… On avait raison de ne pas y croire 😉 Mais sinon, tes projets étaient cool : quoi de mieux que de passer son dernier jour avec son LUI ?! Joyeuses fêtes à toi ! 🙂

  7. Si je devais mourir demain…je passerais beaucoup de temps avec mon chéri et ma famille. J’irais aux maldives et au canada et en thailande et…enfin un peu partout! Je crois que je ferais ça moi 🙂

    • De beaux projets ! Voyager, s’en mettre plein la vue 🙂 C’est clair que si tout devait s’arrêter, je regretterais de ne pas avoir eu le temps de voir plus de splendeur, de rencontrer plus de peuples, de m’émerveiller devant la beauté du monde… Pour le moment on est toujours en vie, raison de plus pour tenter de réaliser ces jolis projets 🙂 Bises et Joyeuses fêtes Claire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s