J’ai vu… Skyfall, de Sam Mendes (et même que j’ai a-do-ré ! Moi, un James Bond !)

 

Hello mes petites coccinelles des bois jolis !

 

Quand un ami m’a proposé d’aller voir « Skyfall », le dernier James Bond, je lui ai dit qu’il ne savait absolument pas dans quoi il s’engageait. D’abord parce que je n’avais jamais vu un seul James Bond de toute ma vie (courte mais quand même), ensuite parce que je trouve globalement ce genre de films d’un ennui mortel (« idées reçues » bonjour !). Je m’attendais donc à passer les pires 2h30 de ma vie (pas pires toutefois que le jour où il m’avait traîné (de force) voir « L’agence tous risques »), à contempler du coin de l’oeil une intrigue fade rythmée de coups de feu qui fusent dans tous les sens, le tout en réprimant mes bâillements et en me pinçant pour ne pas sombrer dans le sommeil sur l’épaule de mon voisin. Mais comme l’heure est au changement et que je reste une effroyable petite curieuse devant l’éternel, je n’ai pas pu résister à cette invitation prometteuse. Résultat des courses : on peut dire une fois n’est pas coutume que je l’ai ouverte trop vite. Je suis ressortie du cinéma au bout de deux heures et demi l’air béat et le cœur battant, ayant mis un charpie un kleenex sans même m’en rendre compte tant je vivais l’instant et quasiment asphyxiée à force d’avoir retenue mon souffle pendant les scènes clés. Moi, conquise par Mister Bond ?! I think so! Retour sur ce petit miracle cinématographique qui m’a transporté !

[saut]

skyfall

[saut]

Il est vrai que j’aurais dû sentir le piège se refermer sur moi dès le début… Dans la file d’attente, mon ami m’avait demandé ce que je m’attendais à voir dans mon « baptême de James Bond« , affirmant que j’allais changer radicalement d’avis sur les films à l’agent secret trop-génial-qui-tue-tout. Sûre de moi (comment ça « bornée » ?!), je lui ai répondu l’air moqueur que tant qu’il y aurait des armes, du sang et des courses poursuites, ça ne pourrait pas être aussi catastrophique que ça. Dès les deux premières minutes du film, je vous le donne en mille : du sang, des guns, et une époustouflante course poursuite sur les toits du Grand Bazar d’Istanbul qui m’a laissé sans voix. Coïncidence ? Je ne crois pas ! Après un début en fanfare, je reste scotchée devant le magnifique générique du film et par l’incroyable voix d’Adele qui est sûrement née pour chanter la BO de Skyfall (et qui me colle des frissons à chaque fois, mais ça c’est en option !). Le film n’a pas commencé depuis plus de 5 minutes que je suis déjà prise au piège, scotchée à mon siège comme un moucheron coincé au cœur d’une toile d’araignée. Mon ami, lui, me regarde du coin de l’oeil d’un air triomphant (oui oui, ce jeune homme a le triomphe modeste…) contempler l’écran géant avec  le sourire d’une enfant qui va à Disneyland pour la première fois. C’est bien simple, je n’aime pas du tout ce que je vois sur l’écran : J’ADORE !

[saut]
james-bond-skyfall_adele
[saut]

Les deux heures qui suivront seront à l’image d’un véritable feu d’artifice, une décharge d’adrénaline sans précédent courant dans mes veines et me transportant littéralement. Je manque évidemment de point de comparaison (!) mais j’ai trouvé ce James Bond absolument spectaculaire. En bonne néophyte qui se respecte, pour moi, 007 n’était que le cliché de l’agent secret de base, l’homme fort dans toute sa splendeur, sans peur et sans reproche, tuant l’ennemi plus vite que son ombre, séduisant un nombre incroyable de petites grues et roulant dans des voitures que je n’approcherai jamais, même dans mes rêves les plus fous (ou au Salon de l’Auto, mais soit).

[saut]

skyfall-aston-martins

[saut]

J‘ai été étonnée de découvrir ici un James Bond plein de failles et de cicatrices, apparemment hanté par son passé (hé oui, même Mister Bond a des blessures qu’on aimerait pouvoir panser…). Noyant ses faiblesses dans l’alcool, Double 07 perd déjà beaucoup de sa superbe et ne paraît plus aussi infaillible (il nous ressemblerait presque – non, je n’ai pas un penchant pour l’alcool ;))Pourtant, c’est à lui que l’impitoyable M. confie la mission de retrouver celui qui a volé la liste de tous les agents secrets du royaume, liste qu’il s’apprête d’ailleurs à délivrer au monde entier… Bond pourra-t-il y arriver alors même qu’il ne semble plus tout à fait apte aux missions de terrains ? M. ne l’enverrait-elle pas délibérément au casse-pipe ? Serait-elle prête à sacrifier l’agent 007 pour le bien du MI6 ? Personnellement, j’ai trouvé Judi Dench incroyable dans son rôle (à croire que cette actrice est née pour interpréter à la perfection des rôles de peaux de vaches !).

[saut]

skyfall-judi-dench

[saut]

Reconnaissez qu’elle fait (un peu) peur quand même !

[saut]

Le méchant du film, Javier Bardem, est absolument époustouflant dans son rôle de traître qui a sombré dans la folie. On le prendrait presque en pitié tant son histoire d’ancien agent remue les tripes. Seul point noir de ce film : les nanas qui semblent (une fois n’est pas coutume) perdre tout sens commun en présence du bel agent secret. Médaille d’or au personnage d’Eve Moneypenny dont chaque réplique revêt une connotation sexuelle évidente ! (on sait que c’est fait exprès mais quand même, un peu plus de subtilité ne nuirait pas… ;))

[saut]

skyfall-cast

[saut]

Pas besoin donc de discourir mille ans pour te faire comprendre, cher lecteur, que j’ai passé un GRAND – que dis-je ?  un ENORME moment devant Skyfall ! J’ai aimé chaque seconde des duels épiques et des bastons de choc, du retour dans le passé de l’agent 007 qui nous émeut et nous le rend encore plus intime, des choix audacieux du réalisateur (avec des morts à la clé qu’on n’aurait pas forcément soupçonné…), du cynisme so british de Bond qui m’a arraché plus d’un sourire, du personnage de Q (exceptionnel avec son look de geek !), des plans absolument magnifiques sur la campagne écossaise, sur la mégalopole de Shangaï ou encore sur la jolie Turquie qui m’en ont mis plein les yeux… Tous ces ingrédients font de Skyfall un opus plus que réussi où l’action et l’émotion se mêlent au spectaculaire… Mon ami avait-il raison ? Allez, forcée de reconnaître que je ne regrette nullement ce « baptême de James Bond » et que j’aurais vraiment raté quelque chose en n’en faisant qu’à ma tête ! Cela signifie-t-il que je ne suis qu’une fille de plus à qui l’agent secret au charme anglais, au costard impeccable et aux yeux azur dans lesquels on se noierait volontiers fasse de l’effet ? J’avoue tout : définitivement OUI !

[saut]

James Bond a 50 ans…
Et il n’est jamais trop tard pour le découvrir :
la preuve !

[saut]

skyfall-skeuds

 

 

Publicités

2 réflexions sur “J’ai vu… Skyfall, de Sam Mendes (et même que j’ai a-do-ré ! Moi, un James Bond !)

  1. Tu me tentes……..et moi non plus je ne suis pas une fan des James Bond. Pourtant j’en ai deja vu mais j’ai jamais vraiment accroche.

    Par contre rien qu’en te lisant je suis seduite, et puis ca sera l’occasion d’y entrainer mon mari, pour une fois!! Quel homme resiste a un bon James Bond.

    Groses bises ma belle.
    Et en passant, merci pour ton adorable petit mot sur mo blog!

    • Aucun homme ne résiste à un James Bond, tu as bien raison ! 😉 Puis c’est l’occasion de passer un bon moment à deux (enfin, presque trois maintenant ! :)) Ne me remercie pas ma belle, tes mots me font toujours beaucoup de bien et il me semble naturel de te faire savoir le bien que tu soupoudres autour de toi.

Les commentaires sont fermés.