Les hommes, ces grands courageux…

 

Hello mes petits poulets sauce barbecue !

 

Parce que je me suis promis d’être toujours honnête envers mes lecteurs que j’aime et que j’adore, je me dois de commencer cet article par un gros mea culpa. D’abord parce que le titre de ce papier laisse sous-entendre que je serai peut-être sur le point de « critiquer » (un peu) nos amis les hommes. Je préfère éclaircir ce point tout de suite : c’est exactement ce qui va suivre. Mais parce que mon lectorat masculin semble s’agrandir de plus en plus (très heureuse j’en suis d’ailleurs, donc MERCI !), je m’excuse d’avance pour les raccourcis faciles et autres généralités que je pourrai être tentée de faire (on sent direct la nana qui assume et qui ne veut pas se faire boycotter !). NON vous n’êtes pas tous pareils, NON il ne faut pas tous vous mettre dans le même panier, j’en suis bien consciente ! Mais voilà : la vie m’a appris qu’une situation particulière, c’est une coïncidence. Une situation particulière qui se répète, c’est une expérience. Aujourd’hui, je vais donc vous conter une expérience (qui commence à devenir récurrente, chanceuse je suis !) entre les hommes, leur immense courage et moi-même. D’ailleurs, si je dois être honnête jusqu’au bout (et c’est mieux parait-il), ce n’est pas vraiment « courageux » le mot que je voulais marquer en titre… Mais ça commence par la même lettre (à vos méninges ! ;).

[saut]

monsieur-courageux

[saut]

Je ne vous cacherais pas que ces derniers jours ont été riches en événements et émotions en tous genres et je me rassure en me disant que ce que je vais vous raconter, il y a de grandes chances pour que d’autres l’aient déjà vécu (probablement à la maternelle vu le niveau de mentalité, mais bon…). (Pitié, dîtes-moi que OUI, vous l’avez vécu vous aussi, où je tente d’en finir avec la première enveloppe venue !). Imaginez la scène : depuis quelques temps, vous vous entendez merveilleusement avec une personne du sexe opposé (c’est possible ça ?! ahah). Sans mettre la charrue avant les bœufs (ce n’est pas votre genre du tout), vous vous rapprochez tous les deux lentement mais sûrement et on peut dire sans trop se tromper que cette histoire est plutôt sur la bonne voie. Le jeune homme vous a fait comprendre qu’il n’était pas du tout insensible à votre charme mais, parce que vous êtes une fille (donc forcément casse-bonbon malgré vous) et qu’on a déjà mis votre cœur en miettes une ou deux fois (ça calme un peu quand même), vous avancez prudemment dans cette histoire. Toujours est-il que vous et Monsieur, vous passez une bonne partie de votre temps ensemble, que vous papotez à longueur de journée et que vous vous dévorez du regard l’autre moitié du temps (caliente).

[saut]

Hasard, coïncidence, actes manqués ou coup du destin (qui sait ?), quelques jours passent sans que vous ne puissiez vous voir ni vous parler. Et là, c’est le drame… A son retour, Monsieur vous snobe littéralement, se contente de vous saluer de loin et ne vous accorde plus un regard. Parce que vous êtes stupides (bà si, un peu quand même), vous vous dîtes qu’il s’est peut-être passé quelque chose (de grave) dans sa vie ces derniers jours, quelque chose qui lui ferait avoir la tête ailleurs et qui ne vous concerne pas. Alors vous le laissez respirer (avec un petit pincement au cœur quand même, mais bon) et vous attendez (comme une débile. Mais je me répète je crois… Non ?!). Puis subitement : VOUS CRAQUEZ. Vous vous rappelez quelques-uns des articles que vous avez lu sur la Toile dernièrement, comme celui sur l’importance de réaliser ses rêves et d’aller au bout de ses envies pour ne pas se réveiller un beau matin et se dire : « si j’avais su, je me serais sortie les doigts du c**… ! » et vous décidez d’agir (Je serais vraiment une blogueuse en carton si je ne suivais pas mes propres conseils, vous pouvez le dire !).

[saut]

lachete

[saut]

Parce que je suis un peu chiante et que j’aime savoir pourquoi on me jette subitement la pierre (surtout sans raison apparente), j’ai été voir cette personne pour savoir ce qui se passait et pourquoi je n’avais plus droit qu’à son indifférence. J’ai pris mon courage à deux mains (décidément, c’est un mot à la mode ces temps-ci ;)) et j’ai rabattu ma fierté pour lui dire que son comportement me blessait, que je pensais qu’on s’entendait bien (même mieux que ça) et que je ne comprenais pas ce qui se passait. Et là, je vous le donne en mille : Monsieur se radoucit illico presto, vous regarde droit dans les yeux avec un regard de chats et vous AFFIRME que vous n’avez pas lieu de vous inquiéter, qu’il ne se passe rien de particulier et que TOUT VA BIEN (il ne me prendrait pas un peu pour une couillonne là des fois ?! Il semblerait que SI). Alors bien sûr, vous êtes sceptiques mais comme vous n’êtes pas relou, vous décidez de faire confiance (idée stupide) et de voir l’évolution du comportement du mâle après cette mise à nu (bà oui, c’est comme ça que j’appelle ça moi. Si l’autre n’est pas capable de voir qu’on a (excusez-moi du peu), baissez son froc pour lui, je ne sais pas bien ce qu’on peut faire de plus…).

[saut]

fuck-off-and-die

[saut]

Alors bien sûr, j’aimerais vivre dans un conte de fée avec des papillons multicolores qui voleraient au coucher du soleil et des cœurs paillettes qui tomberaient du ciel et vous dire que Monsieur est redevenu le LUI d’avant (mais d’avant quoi ?! Telle est la question) en un claquement de doigt mais dans ces cas-là, vous imaginez bien que ce papier n’aurait plus aucun intérêt ! Les jours ont passé et évidemment les choses n’ont pas bougé d’un iota. Toujours ce froid polaire et glacial qui danse autour de nous, cette ignorance et ce sympathique mépris (n’ayons pas peur des mots) qui sont arrivés du jour au lendemain et qui visiblement ont décidé de s’installer dans la durée.

[saut]

Alors c’est le moment où je demande simplement : non mais WHAT THE FUCK ? Honnêtement, ta maman ne t’a pas appris à respecter les gens ? Ça te semble normal de virer les gens de ta vie du jour au lendemain sans aucun motif valable ? (car après avoir retourné un milliard de fois la situation dans tous les sens et over-analyser chaque mot sortis de vos bouches, vous ne voyez toujours pas quel délit vous avez commis pour être mis au pilori de cette manière). Je ne comprends pas : on laisse aux gens l’opportunité de parler, de dire ce qu’ils ont sur le cœur et ce qu’ils ont à nous reprocher (puisque visiblement il y a quelque chose). En résumé, on leur donne la possibilité d’être honnête mais ils ne la saisissent pas… La lâcheté doit être plus facile à assumer (je ne sais pas : il faudrait que j’essaie). Personnellement, je préfère avoir une bonne explication frontale quitte à ce que les choses se terminent mal mais être dans cette incertitude est juste inhumain.

[saut]

FLASH INFO : 

Ignorer quelqu’un du jour au lendemain
c’est petit, bas, immature, cruel et mesquin

(ceci résume assez bien ma pensée mais je peux trouver
d’autres qualificatifs si 
besoin !).

[saut]

Alors ce comportement n’est peut-être pas essentiellement masculin mais la récurrence commence à devenir épuisante (le comique de répétition, ça devient vite lassant et beaucoup moins drôle au bout d’un moment !). Pour exemple, la dernière personne qui a partagé ma vie avait un rêve « incroyable » à réaliser, projet dans lequel je le soutenais à 300% malgré ma peur et mes inquiétudes de voir ce rêve prendre une place démesurée dans sa vie. Au fur et à mesure que tout ceci prenait forme, je sentais comme qui dirait l’autre le « vent tourner » et mon copain prendre gentiment ses distances. Je lui ai tendu un nombre de perches incalculables (laisser à quelqu’un qu’on aime l’opportunité de nous quitter, ça peut sembler stupide mais ce n’est pas aussi évident que ça…), au lieu de quoi ce dernier me répondait toujours qu’il ne me quitterait jamais, que j’étais sa puce, sa princesse (et autres qualificatifs ridicules mais qu’on aime tant quand ils sortent de la bouche de l’être aimé), que je faisais partie de sa vie et que je n’avais pas à m’inquiéter le moins du monde pour notre avenir. Inutile de vous dire que cette personne n’avait pas réalisé son rêve depuis 24h que j’étais déjà rangée (« bazardée » conviendrait mieux !) au rayon des vieux souvenirs démodés. Croyez-moi ou non mais le dicton « les gens sont comme les pigeons, tu les aides à s’envoler et une fois en l’air ils te chient dessus » n’a jamais aussi bien porté son nom que ce jour-là… Drôle de se dire que l’histoire semble à nouveau se répéter dans une moindre mesure.

[saut]

rompre-courage

[saut]
Alors concernant ce second garçon, vous allez probablement me dire que :
[saut]

a) Il ne me doit aucune explication sur son mutisme soudain puisque de toute évidence, nous ne nous devions rien. Il ne veut plus me parler, il ne veut plus me parler ! Pas la peine d’en faire un fromage de chèvre…

b) Je n’avais qu’à pas le faire tergiverser dix ans comme un blaireau : pas étonnant qu’il ait fini par aller voir si l’herbe était plus verte ailleurs (et de toute évidence, elle l’est !).

c) S‘il agit comme ça envers toi, c’est probablement que tu as autant de valeur à ses yeux qu’un crottin de cheval. C’est compliqué à comprendre ça ?

d) C‘est un crétin fini qui a le QI d’une huître à la naissance et la maturité d’un bulot. Mélange détonnant…

e) S‘il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème. Alors pourquoi elle nous prend la tête avec ses histoires à deux francs celle-là ?

f) Il lui dit qu’il n’y a pas de problème : c’est qu’il n’y en a pas ! Arrêtons de croire que les hommes ne sont pas courageux ou n’assument pas : c’est nous qui sommes paranos, tout simplement 😉

[saut]

Toujours est-il que c’est marrant, parfois, la vie (vous ne trouvez pas ?) : je m’étais promis que la prochaine personne qui me traiterait de la sorte et qui ne me jugerait pas assez importante pour faire partie de sa vie aurait le droit à un aller simple pour aller se faire foutre… Je m’étais promis de ne plus être blessée par des foutaises, de ne plus m’attacher aux personnes qui ne me voudraient pas du bien. Comme quoi on ne change jamais vraiment… Comme le dit un vieux dicton, « quand on est con… » 😉 Que voulez-vous, j’ai vraiment dû être le dindon de la farce dans une autre vie ! A moins que je ne porte tout simplement la poisse ?

[saut]

Ps : le mot que je voulais mettre en titre à la place de « courageux », c’était « couillus ». Parfois, je m’en veux d’être aussi politiquement correcte. C’est dit !

[saut]

Et vous mes chouchous, déjà vécus ce genre de situations ?
Que tu sois un homme, une femme ou une licorne,
j’attends ton témoignage avec impatience !
(et tes conseils aussi si tu en as,
même si tu ne seras pas payé plus cher ;))

[saut]

Publicités

17 réflexions sur “Les hommes, ces grands courageux…

  1. Même si vous ne vous devez rien, il te doit au moins le respect autant qu’aux autres personnes. Et le respect, c’est de ne pas ignorer quelqu’un, de changer subitement de comportement, sans lui
    expliquer ni prendre en compte ses sentiments. L’histoire du mec qui réalise son rêve, ça me fait flipper, mon copain est en plein en train de concrétiser un truc, et s’il réussit, il dit qu’il
    sera heureux de le vivre avec moi, mais je t’avoue que… bah c’est bien beau à dire sur le moment, mais j’ai moi-même déjà eu la preuve que les mecs sont lâches et ça fait flipper à chaque
    fois
    !
    On aura jamais la conscience tranquille 😦

    • Bordel Ellie, on ne serait pas le même esprit dans deux corps différents des fois ?! 😉 Merci pour ton commentaire qui fait mouche et qui traduit parfaitement ce que je ressens… Bà oui, sans aller chercher midi à quatorze heures, on est d’accord pour dire que quoi qu’il en soit un tel comportement ne se fait pas, que c’est irrespectueux et puéril. Et inacceptable je trouve. Trop facile de jouer à « un jour c’est blanc, un jour c’est noir ». On est des humains bordel, pas des robots. Concernant ton copain, je ne voulais pas te faire flipper 😀 C’est à mon tour de te dire qu’ils ne sont pas tous pareils (oyé oyé, jour à marquer d’une pierre blanche !!!) et que tu ne devrais pas t’inquiéter. C’est normal de s’angoisser et de douter, c’est pas moi qui pourrait te faire la leçon à ce sujet. La vraie question, c’est de savoir si ton copain est quelqu’un de fiable et ça c’est quelque chose que tu sens au fond de toi, en jetant un regard sur l’ensemble de votre relation. Moi par exemple, avec le recul, il y avait eu des dizaines de signes avant coureurs qui auraient du me faire sentir qu’il n’était pas fiable et qu’il me ferait Fuck à la 1e occasion. Mais j’étais trop (aveuglée – amoureuse – débile : rayez la mention inutile) pour m’en rendre compte sur le moment. C’est après coup que tu réalises… Si ton copain a pour habitude de te soutenir, qu’il t’a déjà prouvé qu’il tenait à toi et qu’il s’investit globalement dans votre relation, tu peux respirer tranquille 😉 Après comme tu dis, on ne sait jamais malheureusement ce qui peut leur passer par la tête… On croit les connaître mais on se fourre le doigt dans l’oeil jusqu’au coude 😀

  2. g) T’es ptete qu’une grosse naze qui ne se respecte pas assez (attention, second degrés hein 😉

    C’est un peu provoque mais ce que je décèle dans ton témoignage c’est que tu as tendance à être une suiveuse qu’une actrice de ta vie.
    Lui à l’air complètement paumé et toi tu sembles commencer à te rebeller pour qu’on te respecte plus. Donc laisse ce gros naze et continue, ça finira par changer 🙂

    • Cher Shuteu, ton comm’ m’a fait mourir de rire ! Evidemment que je suis une grosse naze, qui en doute encore ?! 😉 Quant à mon comportement de « suiveuse », tu m’as percé à jour : c’est comme ça depuis la cour de récré en maternelle ! Plus sérieusement, j’ai toujours eu tendance à faire passer le bonheur des autres avant le mien (je ne dis pas ça pour me lancer des fleurs mais si ça te tente, mes fleurs préférées sont les pivoines. Ouf, ce n’est pas du tout la saison !).

      J’ai toujours pensé que si autour de moi, les gens étaient heureux, alors je le serai aussi. Mais (rebellion tardive comme tu dis), je commence à prendre conscience qu’effectivement, je mérite mieux que ça. J’ai tiqué néanmoins sur le fait que selon toi je ne me respecte pas assez. Je pense que je respecte juste un peu trop les autres et que j’attends d’eux qu’ils aient la même obligeance envers moi (idiotie suprême !). Mais j’imagine que tout cela, c’est bonnet blanc et blanc bonnet.

      Enfin, le soulèvement est en marche et le changement, c’est maintenant 😀 Il n’est jamais trop tard pour essayer de changer puis tu connais le dicton : si on ne fait pas d’erreurs, on n’apprend rien. Merci néanmoins du conseil, je compte bien laisser ce gros naze (même si entre gros nazes, nous aurions dû nous entendre ! :O) et poursuivre ma route. A bientôt ! Mon second degré et moi te saluons bien bas 🙂

  3. Je rejoins assez l’avis de John. Cela dit concernant ton cas précis je pense tout bonnement que tu as affaire à un « CON » de 1ère classe !!! C »est quoi son problême sérieux? Dés fois il faut
    mieux
    savoir quitter les choses avant quelles ne te quittent.. Mais c’est vrai ça éneeeeeeeeeerve trop??? Je me rappel d’une fille qui m’avait fait le même coup pour me dire au final après l’avoir
    attraper sauvagement entre 4 yeux qu’elle été avec quelqu’un et quelle ne savait pas pourquoi elle faisait ça… bref comme quoi des fois il ne faut pas chercher bien loin ^_^

    • Alister, tu ne peux pas savoir à quel point j’attendais ton témoignage, j’espérais que tu me le donnes et tu ne m’as pas déçu 😀 « Un CON de 1e classe » : oui, ça doit être ça en effet !!! Bien dit 😉 Pas mal cela dit l’histoire de la fille qui t’a fait le même coup ! Si la meuf sait pas elle-même pourquoi elle fait ça, c’est clair que ça sert à rien de se retourner le cerveau dans tous les sens pour essayer de comprendre… Economisons notre énergie j’ai envie de dire :p En tout cas je retiens ta phrase « il faut mieux savoir quitter les choses avant qu’elles ne te quittent ». T’inquiète pas, c’est le genre de choses qui arrivent une fois mais pas deux et qui servent VRAIMENT de leçons pour le coup… Bisous mon hommelette préférée et merci 😉

  4. Ok pour les pivoines, c’est noté mais je n’offre jamais de fleurs juste après un premier commentaire!
    Pour ce qui est de changer et de tes « réflexions tardives », je vais te répondre qu’il n’est jamais trop tard pour changer et heureusement. Perso, je préfère les gens qui se remettent en question
    et
    qui avance dans la vie plutôt que ceux qui se complaisent dans leurs croyances (limitantes). Donc si on voit le côté positif des choses, tu es au début d’un chemin qui pourra être court ou
    long,
    difficile ou aisé mais ça reste un voyage pour toi et pour les autres.
    Et s’il te plaît, arrête de te traiter d’idiote car sinon je le prends pour moi aussi (étant atteint de la même pathologie) et ça j’ai décidé d’arrêter de m’auto-flagéler.
    Alors à bientôt la grosse naze et je te surveille!

  5. Ca y est ma P. j’ai enfin eu le temps de lire ton billet en entier, et moi j’ai une dernière idée à propos de ce mec, il a une gonzesse.
    Je sais c’est moche, peut être t’a t il dit qu’il était célibataire, mais je pense que non, enfin c’est que un vieux singe comme moi en pense.
    GRRRRR ils sont terribles quand même.
    D’autre part il n’a pas été franc du collier car il veut pouvoir te garder sous le coude, je connais ça par coeur.
    gros bisous ma P. et à très vite j’espère

    • Merci ma M. pour ton avis que j’attendais avec impatience ! Bà je pense que tu as raison, ce n’est pas aux vieux singes qu’on apprend à faire la grimace comme tu dis et depuis le temps je devrais le savoir 😀 Mais c’est tout moi ça, attendre des autres qu’ils soient honnêtes envers moi car je le suis envers eux. Il faut croire que « la vie ne m’apprend rien » pour citer Balavoine :p Tant pis, le jour où je serai moins b(c)onne, j’arrêterai peut-être de me prendre des claques !!! Bisous ma belle et à bientôt j’espère…

  6. Mais quel lache ! bon moi je pense qu’il a rencontré quelqu’un d’autre et qu’il n’ose pas te le dire … pourquoi ne pas l’inviter en dehors du boulot à boire un verre et essayer d’en avoir le coeur net ??? bon j’dit ça mais j’sais pas si j’étais à ta place si j’oserai … en tout cas si tu en sais plus tiens nous au courant !!! sont cons ces mecs des fois …. (ouiiiiiiii ……. pas tous ……… on sait …….)

    • Hello Isabelle ! Honnêtement, je me fiche qu’il ait rencontré quelqu’un d’autre, en sachant que rien n’était fait entre nous. C’est le genre de choses qui arrivent et je n’ai rien à dire là-dessus… Par contre, il peut le dire clairement au lieu d’agir aussi minablement ! Quand bien même il aurait quelqu’un dans sa vie, qu’est-ce qui nous empêche d’être en bons termes ou en tout cas courtois l’un envers l’autre ? Les gens me rendent folle !!! Concernant l’idée de l’invitation à prendre un verre, elle serait excellente si je n’avais pas autant de fierté 😉 Je considère avoir fait la moitié du chemin en prenant mon courage à deux mains pour savoir ce qui n’allait pas (ce qui était déjà beaucoup pour moi). Si de son côté il n’y a pas de réaction, je ne vais pas me jeter à ses pieds pour recevoir une miette d’attention (il y a des limites à tout !). Compte sur moi en tout cas pour vous faire savoir l’évolution de la chose mais je pense que les choses vont en rester là (et c’est sans doute pour le mieux vue la mentalité du garçon !!!). Bises et merciiii pour le commentaire 🙂 Ps : oui, ils sont vraiment cons parfois… (pas tous, mais quand même ^^)

  7. je connais ça et c’est vrai que c’est chiant.
    mais je ne juge pas parce qu’il peut m’arriver de faire la même chose. il m’est arrivé de rencontrer des mecs, sympas et tout, mais avec lesquels je n’ai pas accroché. et j’avais pas envie de les blesser alors j’ai laissé trainer. comme quoi je ne suis pas super courageuse non plus…

    • Ne t’inquiète pas, le but n’était pas de pointer du doigt les faiblesses des uns ou des autres ou de juger (je suis loin d’être toujours courageuse non plus, je le précise !!!). Pour le coup, il s’agit plus d’assumer qu’autre chose et sur ce point-là, j’ai tendance à croire (vu mon expérience, mais je ne généralise pas) que nous autres femmes aimons bien que les choses soient carrées, claires et nettes. Je crois que je n’aime juste pas l’ambiguité et les gens qui changent d’avis comme de chemises sans prendre l’autre en considération. De plus, tu précises que tu as parfois laissé traîner pour ne pas blesser l’autre. Je ne dis pas que ça « excuse » tout (attention, je ne sais pas comment le tourner mais encore une fois je ne juge pas) mais au moins, il y a une intention plutôt « noble » derrière ton attitude. Ici, je ne crois pas du tout que ce soit le cas, ou alors il le cache bien…

  8. Je ne sais pas si c’est tant un problème masculin qu’un problème humain. De manière général, les gens manquent souvent de courage je trouve.
    Après nous autres mâle avons sûrement plus de mal à nous mettre à nu que vous mesdemoiselles, à nous confier, à avouer que quelque chose ne va pas. Nous avons cette fierté mal placé qui nous interdits souvent de reconnaître que oui, ça ne va pas bien. Nous avons ce besoin de nous sentir fort et de vous paraître fort, c’est idiot mais nous sommes ainsi fait.
    Dans ton cas, je ne sais que penser, je ne sais ce qui lui passe par la tête mais j’avais envie de réagir, de te donner un point de vue masculin par rapport à ce manque de courage général dont tu nous parles.

    • Salut John ! Tu as raison, il est clair que cette histoire de courage repose davantage sur un problème humain qu’autre chose. Je ne voulais pas déclencher une guerre des sexes, je suis juste partie de mon expérience et je trouve de manière générale que les hommes vont moins au bout des choses et préfèrent se faire la malle s’ils en ont l’occasion plutôt que d’avoir une franche explication (mais ça n’est que mon avis, peut-être que je ne tombe que sur des cas ce qui est probable aussi ;)). Je trouve que ce que tu as écrit ensuite est très touchant et sûrement très vrai : cette difficulté à vous confier, à avouer ce que vous avez sur le coeur et ce besoin de faire croire que vous êtes forts et « inatteignables » en toutes circonstances. Il n’y a aucun mal à ça (au
      contraire) dès lors que vous y ajoutez un minimum de sensibilité et que vous n’oubliez pas que la personne en face a un coeur et des sentiments et qu’elle ne peut pas deviner ce qui se passe dans votre tête 🙂 D’où la nécessité selon moi de communiquer davantage et de ne surtout pas être cruel envers l’autre… En ton cas ton commentaire m’apporte un éclairage nouveau et je t’en remercie.
      Notre amie Amber a bien de la veine d’avoir un copain aussi clairvoyant ! Bisous à vous deux.

  9. C’est toujours un plaisir de te lire ma belle, tes articles me font toujours sourire et me donnent la peche.

    Je crois que cette espece n’est malheureusement pas en voie de disparition……et qu’elle fait des petits en plus. Alors bien sur ne generalisons pas mais quand meme, c’est quoi ces manieres.

    Pour la reponse a la question j’aurai repondu d) – une chose est certaine c’est un pauvre type. Tu merites mieux.

    Ca m’a fait surtout sourire parce que je me suis tant retrouvee dans tes descriptions………souvenirs souvenirs qui m’ont souvent laisses sur ma fin, decontenancee et triste de ne pas avoir su encore une fois dire « basta ».

    BISES et RESTES TELLE QUE TU ES. Il y en a bien un dans cet ocean de poissons qui va finir par revetir son armure de courageux. En general, cette qualite fait grandement defaut aux hommes, tous ages confondus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s