Avant, j’avais des petits seins. Mais ça… Ah bà non, c’est toujours le cas en fait !

 

Hello mes petites poupées !

 

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un GRAND moment de ma vie qui vous semblera peut-être banal (car on est tous plus ou moins passé par là. Si si, plonge dans tes souvenirs refoulés toi aussi !) mais qui s’est rappelé à mon bon souvenir cette semaine : mon adolescence, et tout ce que cela englobe de changements physiques… ou pas d’ailleurs (dans mon cas en tout cas, mais j’y viens !). Ado, j’ai rapidement compris que quelque chose buggait au niveau de mes T-shirt, pulls et autres éléments de ma garde robe que je t’épargnerai : là où ceux de mes copines se remplissaient globalement à vitesse grand V, (comme s’ils s’étaient tous donnés rendez-vous à une date clé) mon torse lui restait désespérément plat. J’avais la très lourde impression d’avoir loupé le coche alors que pour tout le monde, il y avait du monde au balcon. Jusque-là cependant, rien d’anormal : très fine depuis l’enfance malgré mon appétit d’ogre, avoir des nénés de la taille de deux melons de Cavaillon aurait semblé un tantinet suspect. Bref, entre le trop et le pas assez, inutile que je vous fasse un dessin… !

[saut]
katy-perry-ado-last-friday-night

[saut]

Croyez-le ou non mais j’avais aussi des lunettes et un appareil dentaire
à cette période bénie de ma vie…

[saut]

Au début, forcément, on fait semblant d’assumer : on évolue pas tous au même rythme et il fallait faire preuve de patience. Les miens pousseraient bien un jour quand ils en auraient envie et basta ! (oui lecteur, à l’époque j’étais une éternelle optimiste (euphémisme pour dire « naïve », mais je pense que tu m’avais déjà grillé) : je pensais vraiment qu’ils finiraient forcément par arriver tôt ou tard, peu importe le temps que ça prendrait (mais je ne vais pas vous mentir, j’espérais quand même que ça viendrait plus tôt que tard…). En attendant, je croisais (avec le plus de naturel possible, ce qui n’est pas DU TOUT chose aisée) les bras sur ma poitrine (inexistante mais quand même ;)) et je me contentais de sourire et de garder le silence lorsque les garçons, qui commençaient sévèrement à avoir le cerveau dans le slibard, me faisaient des commentaires pour le moins blessants. L’objectif : faire semblant de s’en moquer (et je suppose qu’on est tous passé par là : qu’on t’ait nommé « la calculatrice » à cause de ton acné rebelle, « le roukmoute » en rappel à la couleur flamboyante de tes cheveux ou « la grande gigue » parce que tu dépassais tout le monde de deux têtes et demi). Dans le petit monde impitoyable de l’adolescence, le but était de montrer qu’on était cool et que non, trois fois non, rien ne pouvait nous atteindre (même si on pleurait toutes les larmes de notre corps en rentrant chez nous – mais chut – c’est un secret !).

[saut]
katy-perry-last-friday-night
[saut]

Dans mes rêves, je me réveillais plutôt comme ça… !

[saut]

Les propos de mes proches pour me rassurer ont été légions à cette période ô combien merveilleuse de ma vie, même si je dirais avec le recul que faire croire à quelqu’un qu’un miracle aura lieu un jour alors qu’on est loin d’en être sûr n’est pas la meilleure idée… On m’a ainsi affirmé que cela viendrait 1) avec l’âge. Tic tac, tic tac, tic tac… Puis, les années passant et rien n’arrivant : 2) avec ces chères menstruations(qui elles aussi se faisaient un peu attendre… Décidément, j’avais déjà du retard sur les grands rendez-vous de la vie). « Attends d’être réglée et tu verras : ils pousseront comme des champignons ! »Et ta grand-mère ?! 3) avec la prise de la pilule : « Mais je t’assure, pour moi ça a été mi-ra-cu-leux ! » (Hé bien félicitations et tant mieux pour toi ! (Morue)). Croyez-le ou non mais aujourd’hui encore, alors que j’ai fait mon deuil il y a bien longtemps et que j’ai arrêté de croire au Père Noël (surtout), on me sort encore régulièrement que 4) La grossesse fait des miracles (« Tu verras, après mon 2e ça a été incroyable : ils n’ont jamais plus dégonflés alors que j’étais aussi plate que toi ! »). Merci. (Morue bis). 5) Passer sur le billard « Au pire, il te reste toujours la chirurgie esthétique. Des implants mammaires, ça te dit pas ?! »(euh… NO WAY). On entend de ces trucs je vous jure…

[saut]

Alors que je m’étais faite une raison et que je me disais, au comble du désespoir, que les garçons ne verraient jamais qu’en moi une éternelle planche à pain (se contentant de me filer des grandes tapes dans le dos comme si j’étais leur pote : réjouissant) et que j’aurais toujours l’air ridicule en remontant l’autel dans une robe de mariée avec deux poches vides à l’emplacement du bustier dont je rêvais (on ne se moque pas : on a les rêves de ses 13 ans), un micro-miracle s’est produit (comme un miracle, mais en plus petit). Arrivée au lycée, mes piqûres de moustiques (comme les nommaient affectueusement ces (imbéciles) de collégiens aux hormones en ébullition), se sont transformées en piqûres de guêpes (c’est aussi à cette période que j’ai appris à faire preuve d’auto-dérision, aussi ;)). Mon corps de petite fille a laissé place à ce que je suis aujourd’hui : une jeune femme au corps menu, avec des hanches discrètes et des petits seins, de taille correcte (allez, je n’aurais pas été contre un bonnet de plus je l’avoue, mais TANT PIS !). Si mes seins sont petits, ils ne sont pas inexistants et quand on a vécu le vide intersidéral, je vous assure qu’on s’en contente ! Des garçons – puis des hommes – ont eu l’honneur de les voir de près et n’ont jamais eu l’air de s’en plaindre (à moins qu’ils n’aient jamais eu le courage de le dire mais ça, c’est un autre débat !).

[saut]
vanessa-paradis
[saut]

Vanessa Paradis fait aussi dans le mini et pourtant…
elle a eu Johnny Depp !

[saut]

Alors, quand la semaine dernière, des collègues se sont permis de se moquer (gentiment mais sûrement) de ma petite poitrine et d’en rire grassement (comme le mâle primitif de base – travailler dans un univers masculin n’est pas tous les jours une grosse marade, croyez-moi, à part si vous êtes une inconditionnelle de l’humour pipi-caca…), j’ai revu devant moi l’adolescente complexée et mal dans sa peau que j’étais et j’ai eu envie très fort de lui faire un câlin et de lui dire que ça passerait… Qu’un jour, elle se réveillerait en réalisant qu’elle est très bienjust the way she is(cace-dédi Bruno Mars). Qu’elle se serait peut-être rêvée avec 5 cm de plus, un tour de poitrine légèrement plus pulpeux, des cheveux plus lisses, des mains de stars hollywoodiennes (au lieu de ses ongles rongés jusqu’à la lie) et un sens de l’humour et de la dédramatisation à toute épreuve mais qu’en fait NON. Car elle est chouette, juste à sa façon. Et qu’il y aura probablement toujours des hommes pour se moquer de ce qui les fascine (parce qu’on ne va pas se mentir, si j’avais soulevé mon T-shirt devant eux et dis d’y mettre la main, ça m’étonnerait fort qu’ils aient craché dessus ou mis leurs mains dans leur poche… Le paradoxe masculin dira-t-on). Je lui dirais aussi qu’il y aura toujours des hommes pour être attirés par ceci :

[saut]
pamela-anderson
[saut]

Pamela

[saut]
nabila
[saut]

Nabila 

[saut]

(Ça vient de faire tilt dans ma tête mais
leurs prénoms se terminent tous par la lettre A…
Coïncidence ? Je ne crois pas…!)

[saut]

Tandis que d’autres sauront aussi apprécier le naturel :

[saut]
keira-knightley
[saut]

Keira Knightley

[saut]

charlotte-gainsbourg

[saut]

Charlotte Gainsbourg

[saut]

Eque si un mec ne s’intéresse à elle que pour son tour de poitrine(ou refuse de s’intéresser à elle à cause de ça d’ailleurs), il ne lui reste qu’une seule solution : FUIR le plus vite (et le plus loin) possible de ce tocard ! Mais surtout, qu’elle apprenne à s’aimer telle qu’elle est car c’est la clé et la base de tout… Voilà cher lecteur, tu sais désormais qu’entre mes seins et moi, ça n’a pas toujours été facile mais que nous sommes sortis grandis de toutes ces épreuves (sans mauvais jeu de mots) et que désormais, je les aime d’amour et les ASSUME. La seule chose que je déplore : la plupart des marques de lingerie qui n’ont toujours pas compris qu’on pouvait avoir des petits seins et vouloir être sexy quand même (les brassières imprimés en coton, passés les 10 ans, ça commence à être légèrement moins fun), sans pour autant devoir braquer une banque pour pouvoir se payer un simple ensemble de lingerie… Alors on se réveille Mesdames les marques et on pense aussi à celles qui nécessitent moins de tissu par la force des choses mais qui peuvent aussi être d’excellentes clientes 😉

[saut]

trop-minis-pour-etre-sexy

[saut]

Lconclusion à cette séquence « flash-back émotion » ? Tout simplement FUCK les complexes ! Chaque jour, la société, la pub, la mode (hé oui), le regard des autres… TOUT s’évertue à nous donner des raisons de se dire (voire de se convaincre) que quelque chose cloche définitivement en nous, qu’on est TROP comme ceci ou PAS ASSEZ comme cela… Stop ! Il m’en a fallu du temps et du recul pour les assumer mes p’tits seins d’amour mais vous voulez que je vous confie un secret ? Je ne les échangerai pour rien au monde. Ils me correspondent. Ils sont harmonieux avec ma silhouette. Grâce à eux, je peux dormir chaque jour dans ma position préférée sans souffrir (oui lecteur, tu sais désormais avec joie et bonheur que je dors sur le ventre. Alors, heureux ?! 😉. Grâce à eux, je peux faire mon jogging sans avoir la sensation que mon torse va se détacher de ma cage thoracique. Grâce à eux, je suis (presque) sûre qu’un mec ne sera jamais surpris ou déçu sous la couette car je ne triche jamais sur la marchandise (Rembourrage ? Wonderbra ? Connais pas !). C’est enfantin mais la vie est plus belle quand on s’assume, même si ça n’est pas toujours simple évidemment. Et toi aussi tu es belle just the way you are. Alors redresse-moi ces épaules et marche la tête haute !

[saut]

Et toi lecteur, des complexes qui te gâchent la vie
ou que tu as réussi à envoyer valser
grâce à une bonne prise de judo ?

Après ce que je viens de te raconter,
tu peux te confier tranquille.
Je t’écoute !

Advertisements

29 réflexions sur “Avant, j’avais des petits seins. Mais ça… Ah bà non, c’est toujours le cas en fait !

  1. Eh bien j’ai encore du travail a faire….quand je suis celibataire mais petits seins me rendent pas malheureuse,au contraire 🙂 mais quand je suis avec quelqu’un c’est le Big désatre!!! 😦
    ;-(
    au secouuurs 😦

    • Plus facile à dire qu’à faire mais si tes petits seins ne t’embêtent pas quand tu es seule, tu devrais encore plus les assumer quand tu as un amoureux, parce qu’il doit t’aimer exactement telle que tu es !! 😉 Franchement il faut s’assumer car on est très bien comme ça et puis c’est tout, fuck les complexes… Courage !!! 🙂

  2. Salut, je me suis tout à fait reconnue dans ton article ! Pas facile d’assumer un 90 A à l’adolescence, mais maintenant plus vraiment de soucis.
    Ce qui m’énerve toujours cependant, c’est que les gens me donnent beaucoup moins que mon âge, et à 20 ans, c’est un peu chiant quand on te dit que tu fais 16 ans …
    en tout cas, merci pour ton témoignage !

    • Je connais ça aussi même si ça a tendance à s’estomper !!! Avant on me donnait toujours quelques années de moins et c’était un peu vexant (il y a un moment où tu n’as plus envie d’être considérée comme une gamine, faut être honnête). Maintenant on a tendance à me donner mon âge… et ça m’inquiète ! (comment ça on est jamais contentes nous les femmes ?! ;)). En tout cas tu as bien raison d’assumer ta poitrine, on est comme on est et on est « parfaites » à notre manière ! Merci beaucoup pour ton passage ici 🙂

  3. Vive les petits seins !

    Je ne les assume pas… toujours. Je sais c’est mal, il faut s’aimer. C’est ce que je me tue à dire à mes copines.
    Mhmmm…
    Peut-être que je devrais écouter plus souvent mes PROPRES conseils avisés…

    Coucou d’une blogueuse qui passe sa vie à dessiner les siens. 🙂

    • Ecouter ses propres conseils, voici un adage que je devrais aussi apprendre à respecter… 😀
      Plus facile à dire qu’à faire pas vrai ?! MAIS ON Y ARRIVERA !

      J’ai été jeté un gros coup d’oeil dans ton univers et j’ai vraiment adoré ! Au-delà du nom de ton blog (vraiment génial dis donc !! ;)), j’ai craqué pour les dessins… et pour l’humour ! Je reviendrai, c’est certain.

      Bises et merci pour ton passage par ici où on crie haut et fort qu’on aime ses p’tits seins !!! (non, je ne suis pas folle :p). LOVE YOURSELF 😉

  4. Oh yeah, super sympa ton article ! Moi et mon bonnet A nous sommes reconnus (haha).
    Bonne continuation et reste comme tu es, c’est de plus en plus rares les filles comme toi !! 🙂

    • Alors ça c’est tout simplement adorable comme commentaire ! Un grand merci d’être passé par ici et d’avoir laissé un p’tit mot, ça me touche complètement 🙂 Je suis ravie que le hasard et notre similitude de bonnet t’aient conduite jusqu’ici 😉 ahah ! N’hésite pas à repasser. Un très bon weekend, bises !

  5. Et bien moi je dis BRAVO ma belle!! Tu as bien raison de t’accepter telle que tu es. Je ne dis pas que la route est facile mais ca vaut le coup. Et puis les standards de beaute je crois qu’on en a toutes ras la casquette, les modes changent mais les mentalites n’evoluent pas en meme temps, c’est bien dommage!

    Longtemps j’ai ete complexee par ma taille. Je ne pouvais malheureusement rien y faire. Etre petit ca ne doit pas etre evident, et bien etre grand non plus, loin de la. Bien sur j’etais la risee de la classe et comme je n’etais bien ni dans ma peau, ni dans mes pompes ni dans mes fringues ca n’arrangeait pas la situation. J’ai tout essuye, l’envie, la jalousie, les critiques.

    Et puis un jour je me suis dit, basta. Je suis comme je suis et autant bosser sur moi, le regard des autres ne changera pas. Sauf qu’il a change, parce que j’ai change mon regard sur moi-meme.

    Voila ma belle!!
    S’aimer comme on est c’est le plus beau cadeau qu’on peu s’offrir alors pourquoi s’en priver.
    Bises

    • Pfiou ma Marie, ton témoignage me chavire ! Toi aussi tu as faire preuve d’une grande force de caractère. Je crois que l’adolescence n’épargne personne et les gamins peuvent être si cruels entre eux… Mais la vraie force c’est justement de surpasser ça et d’en sortir grandi en s’assumant à fond !! Comme tu le dis di bien c’est en changeant le regard qu’on a sur nous même et en s’acceptant que les autres en feront de même. C’est parfois un (très) long chemin mais ça vaut le coup ! Je t’embrasse ma belle, à très vite

  6. mon prénom se termine aussi par un a, mais moi j’ai les fesses, les hanches et le ventre qui vont avec :s
    j’ai comme adage que la beauté est dans l’oeil de celui qui regarde. Et je suis Adam et Joseph seraient d’accord avec moi.
    Bisous ma P. ta M…..a

    • Mdrrr, tu vas rire ma M. mais au moment où j’ai écrit cette phrase (ou cette blagounette devrais-je plutôt dire), j’étais justement en train de penser à toi et à ton prénom 😀 Ceci dit, je suis certaine que tu es magnifique comme tout, juste plus naturelle que ces barbies. Et ça c’est good ! 😉 Et sinon tu as raison : « la beauté est dans l’oeil de celui qui regarde ». Juste dommage qu’il y ait autant de borgnes et d’aveugles…! Bises de ta P.

  7. mais ? c’est moi qui ai écrit l’article ou bien ?
    on dirait trop mon histoire !! mais bon, comme toi je m’y suis fait à mes petits seins, et les garçons n’ont pas l’air de s’en plaindre alors… 😉

    • Ohhh, une copine de « misère » ! Ça fait plaisir 😉 T’as tout bien résumé, on s’y fait et c’est en s’assumant que tout roule ! La preuve, même ces messieurs ne trouvent rien à y redire… C’est qu’on a tout bon 😀 Bises !

  8. Haha, j’ai connu ca aussi, mais pas spécialement pour les seins. En premier sur mon look, ensuite sur mon poids.
    Puis après avec la fin du lycée le début de la fac, c’était encore le poids puis la taille. Puis le nombre de fois où on m’a dis « toi des nichons ? Non on appelle ca des pectoraux.

    Puis un jour j’ai appris à regarder les choses en face et que finalement avec ma taille S tendance XS, mes 1m67 et mon bonnet B, j’étais canon. J’me suis mise à m’aimer et ca tiens toujours, avec mon corps j’entretiens une bonne histoire d’amour (même si je l’avoue j’aimerai avoir le temps de faire un peu de sport pour raffermir tout ca :p).
    Et les gens je les emmerdent. Et si je pouvais retourner dans le temps, j’irai voir les petits merdeux qui se sont foutu de ma gueule, foutu des rateaux publiquement et je leur dirais « bah tu sais quoi. T’as loupé quelque chose mon gars. ». Et na !

    • J’adore ta façon de penser ! Mais oui : fuck tous ces couillons qui se sont crus supérieurs à nous à un moment ou à un autre et se sont permis de juger 😀 En attendant, aujourd’hui, on est bien dans notre peau et on s’assume et ça, ça n’a pas de prix ! En plus, ce genre de moqueries bidons nous apprend souvent la tolérance et l’empathie. Est-ce qu’on se permet nous de leur dire qu’ils sont débiles à mourir avec leur vision du monde et de la beauté étriquée au possible ? Hé bà NAN ! (et pourtant, ce serait vraiment légitime…). Bisous !

    • AHHH mais t’es trop géniale Marie ! Comment n’ais-je pas pu penser à ce détail au combien important pourtant ?! C’est vrai qu’on aura jamais ce problème nous 😀 On est des veinardes en fait et puis c’est tout :p

  9. Un avis masculin peut être? ^_^
    Moi vos seins je ne les connais pas mais je les ADORES déja, car le plus important c’est de s’assumer comme tu l’a si bien fait remarquer! Alors Vives les petit tétés et vive la fermeté !!! 😉

    • Alister, ton commentaire envoie tellement du paté !!! 😉 J’A-DO-RE ! Pour info, tu m’as donné un immense fou rire alors que je lisais mes mails au boulot (pas bien mais bon… :D). C’était énorme ! Et merci pour ton avis masculin qui est le bienvenu !! N’hésite pas à recommencer, des commentaires comme ça j’en veux bien tous les jours moi (comment ça « exigeante » ?! Mais NON voyons !). Je m’en vais de ce pas découvrir ton blog qui m’a l’air bien fun 🙂 A très vite !

  10. J’adore ta façon de penser ! Mais oui : fuck tous ces couillons qui se sont crus supérieurs à nous à un moment ou à un autre et se sont permis de juger 😀 En attendant, aujourd’hui, on est bien dans notre peau et on s’assume et ça, ça n’a pas de prix ! En plus, ce genre de moqueries bidons nous apprend souvent la tolérance et l’empathie. Est-ce qu’on se permet nous de leur dire qu’ils sont débiles à mourir avec leur vision du monde et de la beauté étriquée au possible ? Hé bà NAN ! (et pourtant, ce serait vraiment légitime…). Bisous !

    Haha merci :p
    Totalement fuck tout les couillons ! Surtout que par expérience la plupart en grandissant regrette bien, et c’est un plaisir inconsidéré de pouvoir envoyer baladé les anciens connards qui nous ont « insultés » haha 🙂
    Comme tu dis, on ne leur dis rien, alors ils pourraient avoir l’amabilité de se taire 😉 Enfin de toute manière je crois que c’est ce genre de personne qui sont les plus complexés. Nous au moins maintenant on le vit bien et je pense que là dessus on a juste tout bon et ils peuvent largement nous envier pour ca :p (comment ca j’me la racle ? du tout (a))

  11. Il est 2h30 du mat et je glousse comme une dinde sur son canap en te lisant! (Ok les dindes n’ont pas de canapé…). Petits seins aussi et j’assume! J’adhère à tout ce que tu dis! Et en tant qu’allaitante au long court j’ai eu « la chance » d’avoir un bonnet D pendant quelques années…. avant de retourner à mon petit B. Bah finalement c’est bien comme ça 🙂

    • Mdrrr, merci pour ton commentaire Coline Kifouine !! Les dindes n’ont pas de canapé mais elles gloussent alors ta phrase passe très bien 😀 Ton comm’ m’a fait beaucoup rire aussi ! Une de plus dans la communauté des « p’tits seins qui s’assument », ça fait plaisir ! 😉 On est parfaite telle qu’on est, c’est tout ce qu’il faut retenir !!! A très bientôt !

  12. Bonjour je suis très en retard je sais 😊 mais je voulais quand même te remercier Sa ma un peut aider, je complexe énormément sur mon 85B , a 20 ans c’est vrai que j’aurais aimé une jolie poitrine mais dieu a était radin avec moi 😕 j’me regarde chaque jour en asseyant de m’accepté peut être qu’un jour j’y parviendrait en tout cas t’est chouette 👍😚

    • C’est toi qui es chouette Marie ! Déjà parce que je suis sûre que tu es superbe et que tu arriveras à t’accepter à 100 % tôt ou tard. Et ensuite parce que tu as pris le temps de me laisser un p’tit mot ici et ça, ça me touche énormément ! Quand j’ai écrit cet article je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il parle à autant de monde et quand je vois tous les petits retours que j’ai je suis juste heureuse. On se sent moins seules d’un coup 😉 Hé oui, Dieu a été carrément radin avec nous à ce niveau-là mais si on regarde bien je suis sûre qu’il nous a gâté sur plein d’autres aspects !!! (envoyons-nous des fleurs, ça ne fait pas de mal, lol). Même si l’univers essaie de nous persuader du contraire, c’est pas une paire de seins qui va dominer le monde, pas vrai ?! Continue de te dire que tu es au top exactement comme tu es parce que c’est VRAI. Je te fais de gros bisous !

  13. Bonjour, Moi aussi je vous admire pour votre force de caractère. J’ai 38 ans, 2 merveilleux petits garçons, mais un 85A et des tétons qui tombent à cause de mes allaitements. Séparée, j’ai repris mon nom de jeune fille, ROBERT (c’est pas de chance), et incroyable je me prends des reflexions de beauf par des collègues de travail. Je leur ai fait remarqué que si on voyait leur sexe comme on voit notre poitrine, ils feraient moins les malins, et soit dit en passant ils seraient peut-être moins cons, mais c’est pas dit. Alors, en effet, les blessures d’adolescence que l’on essaye d’enfouir ressurgissent. Pour l’instant, je n’arrive pas à être fière de mes seins. Je ne sais pas si j’y arriverai, mais merci pour cette histoire car l’on se sent moins seule.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s