A nos actes manqués… Ou de l’importance de réaliser ses rêves tant qu’il est temps !

 

Hello mes petits tournesols !

 

Non non non, mon titre n’a rien à avoir avec JJ Goldman ou M. Pokora, promis ! En réalité, quelque chose m’a frappé cette semaine. Quelque chose à laquelle je songeais depuis déjà un petit moment mais qui m’a réellement interpellé après une conversation particulière. Vous savez, il y a une chose que j’aime particulièrement dans ma profession (manière polie de dire « taff », « job » ou encore « moyen de survivre » mais tu auras compris l’idée ;)) : le contact avec le public et les histoires que certains peuvent parfois me raconter, prenant quelques minutes de leur temps pour converser avec moi. Mais il y aussi une chose que je ne supporte pas toujours dans ma profession : le contact avec le public et les histoires que certains peuvent parfois me raconter, prenant quelques minutes de leur temps pour converser avec moi (non non, je ne suis pas encore gâteuse, promis. Je n’ai pas fait d’erreur en écrivant ces deux phrases : c’est exactement ce que je voulais dire !). On m’a souvent dit que j’avais une « excellente oreille » et j’ai toujours été touchée que les gens me parlent facilement, sans détour et avec confiance. J’imagine (ou en tout cas j’espère très fort) que je renvoie l’image d’une fille fiable et honnête et cela ne peut que faire plaisir même si j’avoue que j’aimerais quelquefois qu’on m’écoute avec autant d’attention en retour. Mais parfois, certains témoignages, certaines tranches de vies sont difficiles à entendre (je précise pour ceux qui se poseraient la question que je ne suis pas psychologue mais à la réflexion, j’ai peut-être raté ma vocation…!).

[saut]

Cette semaine, un homme d’un certain âge s’est arrêté à mon bureau pour passer le temps à mes côtés. Il n’y avait pas foule ce matin-là et j’imagine que ma « disponibilité » l’a encouragé à discuter avec moi. Ce qui devait être une conversation classique (« Vous avez vu comme il fait frais aujourd’hui ? Nous n’allons pas vers les beaux jours… ») a doucement glissé vers une conversation bien plus intime. Cet homme (que je nommerais Louis) s’est rapidement mis à me raconter sa vie : ses débuts talentueux en tant que concertiste dans sa jeunesse mais aussi ses galères, comme on peut l’imaginer quand on débarque de sa jolie Province et qu’on arrive dans la Capitale sans un sou en poche. Ses yeux rieurs me contaient une époque teintée de nostalgie que je n’avais pas eu la chance de connaître. Cet échange m’a touché : c’est exactement la relation que j’imagine entre grands-parents et petits-enfants, moments bercés d’émotions et de secrets passés, de rires, de douceur et d’histoires de famille à partager et à transmettre de générations en générations… Échanges que je n’ai pour ma part pas eu la chance de connaître et qui ne m’ont que davantage bouleversée : cet homme qui ignorait tout de moi me faisait d’une certaine manière le présent de me conter des morceaux de sa vie, visiblement bien remplie. Avec attention, j’ai bu ses paroles, ne souhaitant pas l’interrompre.

[saut]

grands-parents-petits-enfants

[saut]

Louis me raconta comment, à l’âge de 17 ans, il tomba amoureux d’une jeune fille nommée Léontine. Coup de foudre réciproque comme on pouvait en vivre à une époque où on choisissait de s’aimer pour le meilleur et pour le pire. Dans les coulisses de l’opéra où ils travaillaient tous deux, leur quotidien était fait de moments tendres et d’instants volés. Jusqu’au jour où leur destin bascula : le père de Léontine, policier de son état, décida que sa fille n’épouserait jamais un homme qui n’avait pour prétention que celle d’être « un simple musicien », un artiste raté. Louis fut sommé de ne plus jamais voir Léontine, n’étant pas à la hauteur de la jeune fille. Il se résigna. Quelques mois plus tard, il rencontrait Adélaïde, qui allait devenir son épouse et la mère de ses enfants.

[saut]

« C’est ainsi : je suis marié depuis toujours
à la femme que je n’aime pas »

[saut]

C‘est à ce moment précis de la conversation que j’ai senti que j’étais de trop dans cette histoire qu’on me faisait partager de bon cœur mais qui ne me regardait pas. J’ai ressenti cette annonce comme une claque, comme un coup lancé dans l’air. Ma stupide empathie (toujours elle !) et moi-même, nous n’avons pas pu nous empêcher d’avoir un pincement au cœur en pensant à Adélaïde, qui n’était présentée que comme une simple pièce sur un échiquier, jouant une partie qu’elle n’avait visiblement pas commencé. Certains penseraient certainement d’abord à Léontine, dont le père a, d’une certaine manière, totalement orienté, modifié et volé le destin. Je ne pensais pourtant qu’à Adélaïde, me demandant si cette femme savait ou avait su à un moment de son existence que sa vie de couple n’était basée que sur un acte manqué. Je n’ai pas osé poser la question.

[saut]

old-man

Alors que je descendais la rue, j’entendis un vieil homme dire : « Je suis amoureux de la même femme depuis presque 50 ans. » Cette phrase m’a touché en plein cœur jusqu’à ce que je l’entende ajouter : « J’espère qu’elle le sait… ».

Jme suis demandée quel aurait été le destin de cette femme si Louis et Léontine avaient pu être ensemble. Peut-être aurait-elle elle aussi rencontré quelqu’un qui ne dirait pas d’elle, des décennies plus tard, qu’il « était marié depuis toujours à la femme qu’il n’aimait pas ». Aujourd’hui encore, Louis m’a avoué téléphoner chaque mois à Léontine, mariée également à un autre depuis des années, et qu’ils s’avouaient toujours leur amour mutuel au moment de ces échanges mensuels. Je me suis demandée à nouveau si Adélaïde était au courant et je me suis mise à sa place, vivant la chose comme une trahison (je veux bien être gentille mais le temps ne rend pas toujours les choses plus acceptables, qu’on prenne le recul nécessaire ou pas… Faut pas pousser mémé dans les orties quand même !). En tachant de rester neutre et détachée face à cette histoire qui ne m’appartient pas, je n’ai pas pu m’empêcher de me demander lequel des trois membres de ce « trio » était le plus à plaindre et s’ils avaient su être heureux malgré tout.

[saut]
no-regrets-just-love

[saut]

Pas de regrets.
Juste de l’amour.

[saut]

Cette tranche de vie dont je ne connais pourtant que les bribes m’a hanté pendant deux jours entiers (oui oui, je suis comme ça moi et c’est plutôt relou à vivre pour ne rien vous cacher mes lecteurs chéris !). Puis je me suis dit que j’ignorais tout de la vie de ces quelques personnes et que je n’avais pas à les juger : Adélaïde avait peut-être eu elle aussi un Pierre ou un Roger que la vie lui avait enlevé, bien avant de connaître Louis. Peut-être pensait-elle encore à lui chaque jour, tâchant de n’en rien montrer. Ceci n’empêchait peut-être pas Louis et Adélaïde d’être unis par une forte tendresse (mais la tendresse suffit-elle vraiment en amour… ? Vous avez 4h pour traiter le sujet !). J’ai imaginé la vie qu’aurait pu avoir Louis et Léontine si on ne les avait pas séparés : leur vie aurait pu être parfaite, celle de deux âmes sœurs s’étant trouvées et reconnues (lyrisme bonjour !) mais cette dernière aurait également pu virer au cauchemar (avec de la vaisselle cassée, du sang sur les murs et tout le toutim…), passés les premiers instants passionnels. Mais ceci, personne ne le saura jamais car leurs vies ont justement pris d’autres trajectoires, d’autres chemins de traverse et qu’il ne sert probablement à rien de se demander ce que leur vie ensemble aurait pu être « si »…

[saut]
regrets

[saut]

Finalement, on ne regrette que les chances qu’on a pas su saisir,
les histoires que nous avons eu peur de vivre
et les décisions que nous avons mis trop de temps à prendre…

[saut]

Jme suis dit à nouveau que la vie était une drôle d’aventure, composée de chapitres différents et pas toujours facile à surmonter (c’est qu’il faut se battre pour s’en sortir ma bonne dame !). Mais qu’il fallait bien composer, coûte que coûte, avec ces différents épisodes qui façonnent notre personnalité et qui font ce que nous sommes. Qu’il fallait tenter d’être le plus honnête possible envers nous-mêmes et envers les autres pour ne pas nous réveiller 50 ans plus tard avec le coeur sec comme un pruneau, des regrets plein la tête et les ombres du passé rodant autour de nous comme de vieux fantômes. Qu’il fallait par dessus tout avoir le courage d’aller au bout de ses choix et de ses décisions plutôt que de subir sa vie.

[saut]
All-Our-Dreams-Can-Come-True

[saut]

Tous nos rêves peuvent se réaliser si on a le courage de les poursuivre…
(Walt Disney)

[saut]
[saut]

Idevait être aux alentours de 4h du matin lorsque j’ai conclu qu’on devrait tous s’occuper de nos rêves dès maintenant plutôt que de tout remettre au lendemain. On pense toujours qu’on a du temps devant nous mais imagine que le monde s’arrête de tourner le 21 décembre 2012 prochain ?!! (ouais bon, je ne suis pas pour un scénario catastrophe mais sait-on jamais !). Je crois que je vais mettre au point une « liste de rêves » à réaliser dans un temps imparti et me mettre un gros coup de pied au derrière pour ne pas la laisser moisir au fond d’un tiroir. Il ne devrait jamais rien y avoir de plus important que de réaliser ses rêves. Honnêtement lecteur, tu rêves depuis toujours de sauter en parachute, d’apprendre le japonais, de partir faire le tour de la Patagonie sac au dos ? FAIS-LE ! Tu aimes quelqu’un en secret et tu as des palpitations chaque fois que tu l’aperçois ? COURS LUI DIRE ! (dis celle qui garde toujours tout pour elle ;)).

[saut]

if-you-never-try-you-ll-never-know

[saut]

Si tu n’essaies pas, tu ne sauras jamais si ça peut marcher.

[saut]

Jsais, tout n’est peut-être pas réalisable dans l’immédiat mais si on ne perd pas ses objectifs de vue, on peut parvenir à les réaliser. Alors écris tous tes rêves, envies, buts, objectifs et projets sur un bout de papier. Plie-le en quatre et garde-le toujours sur toi. Ne perds jamais ça de vue, quoi qu’il arrive, et tu sauras toujours où tu vas. Je ne sais pas toi mais moi je n’aimerais pas me réveiller un matin (même lointainnnn) avec une sensation d’inaccompli au creux du coeur. D’ailleurs, même Pascal Obispo l’a dit bien avant moi (ZE référence quand même !) : « aucun regrets ne vaut le coup pour qu’on le garde en nous… » (tu vas avoir la chanson « Lucie » toute la journée dans la tête après lu ce billet ? Ne me remercie pas, c’est cadeau). Pour ne pas avoir de regrets, je pense que le meilleur moyen est encore de tout faire pour réaliser ses rêves… Alors GO ! Avant de tomber de sommeil, je me suis quand même dit qu’il fallait absolument que j’arrête de prendre autant à coeur des histoires qui ne me concernent pas (facile à dire hein ?!). Alors à partir d’aujourd’hui, je tente de fermer une de mes deux oreilles. Et crois moi lecteur, c’est déjà un très grand projet…  

Publicités

9 réflexions sur “A nos actes manqués… Ou de l’importance de réaliser ses rêves tant qu’il est temps !

  1. J’ai une liste de rêves, projets… mais elle change souvent. Ce qui ne change jamais, par contre, c’est cette purée de pois d’envie de connaître l’amour partagé (je l’ai déjà connu et c’est comme une drogue, j’en veux encore).

    C’est simple, pour moi y’a que ça qui compte (voir les aurores boréales, c’est bien mais si tu ne partages pas ça, c’est triste comme tout).

    • Hello Marie ! J’espère pour toi que « cette purée de pois d’envie de connaître (à nouveau) l’amour partagé » se réalisera très prochainement 🙂 C’est aussi une de mes grandes envies mais malgré tout, je trouve ça important de se sentir « exister » par autre chose (on ne sait jamais, des fois que l’amourrrr tarderait à venir frapper à ma porte :p), d’où l’importance de ne pas oublier de prendre soin de ses rêves, de ses projets… Comme ça, « no regrets ! » comme on dit 😉 Bises

  2. Mais il y a malheureusement des choses dont on rêve mais qui nécessitent des choix beaucoup trop importants, comme de vouloir quitter une ville/un pays/un endroit mais que la personne qu’on aime ne veuille pas nous suivre… C’est compliqué tout ça.

    • Je suis d’accord Xelou, certaines choses sont compliquées à réaliser car elles ne dépendent pas uniquement de nous. A part si on est un ermite, il y a forcément des personnes, généralement nos proches, que nous devons prendre en considération dans nos choix. On est rarement sans attache… Mais je pense qu’il est important d’en parler et de comprendre les désirs et les rêves de chacun (surtout dans un couple !) car si l’un « renonce » à ses rêves dans le seul but de ne pas perdre l’autre, c’est le genre de frustration qui ressortira tôt ou tard et qui risque de biaiser la relation… Compliqué tout ça, comme tu dis ! Merci pour ton commentaire en tout cas 😉

  3. Triste cette histoire :/ Je crois que je me serai senti aussi mal que toi. Je suis parfois bien heureuse d’être dans une époque où l’on un peu plus les moyens de choisir notre avenir.

    Quand aux rêves; comme tu dis, ils sont très importants. Je pense aussi qu’il est necessaire d’avoir chacun ses rêves et de comprendre dans un couple celui de l’autre. Même si c’est pas toujours simple. Mon copain rêve d’être photographe de guerre, alors l’encourager quand il veut partir au fin fond d’un pays retranché ou l’on risque sa vie tout les jours pour les vacances, c’est dur. Je le fais car je sais que c’est ce qu’il aime et ce qui le passionne. Mais j’avoue qu’au fond de moi ce n’est pas forcement ce que je préfères chez lui haha :p
    Ca ne servirai à rien de l’en empecher à par le rendre malheureux. Comme je sais désormais que si j’ai besoin de vivre quelque chose loin d’ici sans lui, il me laissera partir et revenir. Et que je ne serai pplus capable d’être en couple avec quelqu’un qui m’en empecherai. Même si c’est dur, il faut aussi savoir penser à l’autre.
    Enfin breeeeeeef. raaah j’ai encore pondu un pâté sans queue ni tête, désoléeeee huhu >

    • Ne t’excuse pas Coralie, j’adore vraiment beaucoup tes pavés 😉

      Je comprends que la passion de ton copain ne soit pas ce que tu préfères chez lui : dur de passer son temps à s’angoisser pour l’autre tout en sachant qu’il ne peut pas être heureux sans réaliser ce projet… C’est une magnifique preuve d’amour d’accepter les rêves de l’autre, surtout les plus « difficiles » ! Et comme tu le dis si bien, l’en « empêcher » serait juste une erreur car quand on aime quelqu’un, on l’aime dans son ensemble et dans sa complexité. Mais comme tu dis aussi, je pense qu’il est essentiel que la réciproque soit aussi vraie : pour parler de mon expérience personnelle, je me suis mise totalement entre parenthèses pour permettre à mon ex copain de réaliser SON rêve. Je n’étais pas épanouie et j’avais peur de le perdre mais je préférais mal vivre la situation plutôt que de lui demander d’y renoncer (de quel droit aurais-je pu faire ça de toute façon ?!). Je voulais qu’il soit heureux, tout simplement, et pour ça j’étais prête à le suivre quitte à mettre mes rêves en berne ! Résultat des courses : il a réalisé son rêve (avec tout mon soutien) et a décidé après coup que je ne valais pas la peine d’en faire partie 😀 (charmant).

      Conclusion, je pense qu’il est fondamental de penser (un peu) à sa tronche et de réaliser SES rêves, même dans un couple. Je me suis rendue compte (trop tard malheureusement) que ce que j’avais fait pour lui, il n’aurait jamais été capable de le faire pour moi… Bref, vivons nos rêves pour ne rien regretter mais tâchons de ne pas oublier que nos actes ont des conséquences et qu’on est rarement seuls à être concerné 😉 Sur ce, je referme la parenthèse (passionnante !!!) de ma vie et je t’embrasse !

      Ps : tu vois, en paté sans queue ni tête on se vaut largement 😉

  4. Oooh merci ! Bon bah pour la peine je te re-pavette ! :p

    Oulaaah tu n’imagines pas à quel point je te comprends ! Comme tu dis il est fondamental de penser à un partage dans le couple et de toujours avoir qu’il faut aussi se devellopper soi personnellement et ne jamais s’oublier !
    J’ai fait la connerie de m’oublier avec mon ex, je vivais pour lui, pour sa vie, sa famille, ses amis. Et au final avec le recul ca n’a pas été réciproque loin de là. Enfin je veux dire, on avait des cultures différentes lui étant asiatique, j’ai toujurs tout fait pour m’intégrer dans sa famille très unie alors que moi je viens d’une « famille » totalement séparée. Lui ne m’a jamais compris.
    De même je suis plutôt solitaire mais j’ai quand même quelques amis que j’ai sacrifié pour passer mon temps avec lui, sa bande de copain (où j’essayais absolument de me faire aimer également), ses passions, ses sorties en boite, ses envies. Lui, toujours lui. Le jour où il m’a quitté, je me suis retrouvé seule. Et je me suis rendue compte, totalement sous le choc, que j’avais mis ma vie en parenthèse pendant 1 ans et demi, que je m’étais perdue, et surtout qu’il ne me restait plus rien de tout mes efforts. Ils m’ont tous oubliés. Heureusement mon meilleur ami m’a soutenu mais ca a
    été très dur.
    Je n’en voudrai jamais à mon ex pour ca, je me suis laissé faire, je me suis moi-même effacé, dans un soucis de vouloir m’oublier je pense. Et je pense que ca a changé beaucoup en moi. Je me suis reprise en main, je me suis trouvé un avenir, je me suis retrouvée moi, j’ai appris à me connaitre, à me comprendre, à m’apprivoiser. J’ai repris mes études (oui j’avais laissé tomber la fac pour passer mon temps avec lui haha) dans un domaine qui me plait à 100%, enfin je crois que ca a été plus que positif !
    Et je n’oublierai jamais, à quel point tu as raison sur ce point : il FAUT penser à sa tronche, c’est plus que necessaire !
    (Rolalala je crois que j’ai battu le record du paté et en bonus du 3615 my life haha xD)

  5. J’aime bien ce genre de billet… C’est beau, c’est émouvant, franchement !
    Et ne te sens pas ridicule : moi aussi je me serais sentie toute retournée si j’avais eu un tel témoignage. C’est aussi une leçon de vie dont on peut apprendre, comme tu le dis si bien > allons au bout de nos rêves !
    Pour ma part j’ai commencé ma liste de rêves et de choses à faire ici/maintenant/tout de suite.
    C’est ainsi que, cette semaine, j’avais envie de choses aussi futiles que de prendre soin de moi, donc j’ai pris rendez-vous chez une esthéticienne pour un massage. Ensuite, j’ai eu envie de ce nouveau téléphone qui m’attire tant depuis longtemps : aujourd’hui je l’ai acheté. Ce sont de petites choses mais quand je me dis que OUI, je l’ai fait, j’ai suivi mes envies, alors pour le reste… c’est que je serais capable de le faire aussi 🙂
    Merci pour ce billet, vraiment. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s