Et Ève croqua la pomme…

 

Hello mes petits serpents ! 

 

Je ressors sans doute un peu perturbée de ma lecture de Barbe Bleue dont je vous parlais avant-hier et cette nuit, en pleine crise d’insomnie, j’ai soudainement eu envie d’écrire sur la notion d’interdit et surtout sur comment (et pourquoi), si une chose ne nous est pas autorisée, elle devient tout de suite beaucoup plus nécessaire, attrayante et viscérale à nos yeux. Il peut bien sûr y avoir des niveaux dans l’inatteignable et donc dans l’interdit (qui n’en devient que plus séduisant pour nous !) : vous savez, c’est la fameuse petite robe sur laquelle on craque en vitrine alors que notre compte en banque est déjà dans le rouge. Les petites robes, ce n’est pas ce qui manque à notre garde robe mais rien à faire, c’est dans celle-là qu’on aurait définitivement l’air sublime (et on doit se faire violence pour repartir sans !). C’est l’enfant qui, en pleine grande surface, fait un caprice pour obtenir le dernier jouet à la mode alors que ses parents lui ont déjà dit NON, NON ET NON. Ou encore l’adolescent qui fait le mur pour retrouver ses potes et partir en douce en soirée… Alors oui, tous ces exemples semblent liés à des « interdits » puérils et sans grandes conséquences, mais on pourrait facilement en trouver d’autres qui réussiraient à coup sûr à dépasser les bornes des limites.

[saut]

L‘interdit fascine, et ça ne date pas d’hier. C’est un réflexe presque naturel il me semble : on veut ce qui nous est refusé, on veut ce qu’on ne peut pas avoir et cet interdit peut même tourner à la douce (ou folle) obsession. Dans une société où tout est codifié, dans un monde où chacun de nos gestes est régit par des règles et des lois qu’on se doit de respecter, on peut se questionner sur la somme toute subjective liberté de l’être humain. Dans ces conditions, il ne me semble pas anormal d’avoir envie de ne pas respecter les règles de temps à autres. Cela semble même assez humain. Alors bien sûr, on peut toujours se raisonner : cette petite robe, on pourra toujours revenir l’acheter après notre prochaine paie (en priant pour qu’elle soit toujours en magasin !). Dans ces cas-là, la raison prend le pas sur l’envie, l’instinct voire même sur la passion qui nous poussaient à vouloir à tout prix cette chose dont nous étions pourtant censés nous passer. Mais parfois, on ne peut tout simplement pas se raisonner…

[saut]

you-are-not-free

[saut]

« Aller travailler. Déposer vos enfants à l’école. Voter pour votre nouveau président.
Payer vos impôts. Suivre la mode. Croire en Dieu. Agir normalement. Obéir à la loi.
Soutenir votre pays lorsqu’il est en guerre. Regarder la télévision. Boire de l’alcool.
Dépenser votre argent dans des choses dont vous n’avez pas besoin.
Ne pas prendre de drogues. Ne pas se préoccuper de ceux qui sont dans le besoin.
Ne pas suivre ses rêves. Rester à la maison. Continuer à être stupide. Continuer à avoir peur.
Vivre sa vie qui ne vaut rien comme une simple marionnette.

VOUS N’ETES PAS LIBRES. »

[saut]

Puis, bien sûr, la notion d’interdit a également tout à voir avec la morale et donc, fatalement, avec le jugement d’autrui. Ce sont des « capteurs » psychologiques qu’on nous inculque depuis l’enfance : il y a certaines choses qu’on n’a pas le droit de faire, sous peine de représailles. Voler, mentir, tromper, commettre un délit ou un crime sont bien sûr en tête de liste. On sait ce qu’on risque à agir de la sorte, bien que certaines personnes ne s’en privent pas. Ainsi, la notion d’interdit rejoint presque naturellement les fameux fondements du Bien et du Mal. Ce qui est autorisé par la société et par la morale serait forcément exemplaire tandis que se risquer à passer de l’autre côté de la barrière ferait de nous des êtres faibles en puissance.

[saut]

Eça ne date pas d’hier : Ève, la fameuse, a été la première à remettre en cause cette notion d’interdit qui déjà à l’époque semblait sentir le pâté. Imaginer une vie tranquille et idéale en plein jardin d’Éden… Un seul interdit : ne pas toucher à ce fameux fruit défendu de l’Arbre de la Connaissance. Hé bien ni de une, ni de deux, ne voilà pas que notre Ève s’y précipite, précipitant dans le même coup l’humanité entière dans sa chute. C’était dire à quel point elle devait s’ennuyer aux côtés de ce pauvre Adam… Cette histoire est assez drôle par ailleurs quand on pense que depuis, on tente de faire porter le chapeau à la femme en toutes circonstances. Mouais, pas sûr que l’homme soit tout blanc non plus dans cette histoire (mais je digresse !).

[saut]
croquer-la-pomme
[saut]

Bon, ça semble clair : ceci n’est pas Ève.
Mais vous avez compris l’idée je pense 
😉

[saut]

Peut-être que ce qui empêche beaucoup d’entre nous de dépasser cette notion d’interdit, au-delà de la Sagesse, est bien dans le jugement qui en découle forcément et que tous ne peuvent pas assumer. Si nous étions seul sur Terre, qu’est-ce-qui nous empêcherait de faire fi du regard des autres et de faire ce que l’on désire ? Une vie de liberté, sans conséquences, dénuée de jugements extérieurs : un rêve éveillé ! (mais ne rêvons pas trop justement, le retour à la réalité risque d’être trop brutal…). Un exemple concret « d’interdit » dans notre société pour illustrer mes propos : il y a quelques temps, une excellente amie a rencontré quelqu’un. Les joues en feu, elle m’a annoncé après avoir tourné 1000 fois autour du pot que cet homme avait 9 ans de plus qu’elle. Je lui ai répondu qu’elle était majeure et vaccinée et que seul son bonheur et son épanouissement m’importaient, pas l’âge du Monsieur en question. Dans un monde parfait, l’amour ne devrait avoir ni âge ni couleur…

[saut]

Quelques temps plus tard, après m’avoir présenté l’élu et s’être assurée que le courant passait bien entre nous, elle a avoué m’avoir menti : ce n’était plus 9 ans qui les séparaient mais 11 et avec ces deux années supplémentaires, ils n’étaient plus dans la même dizaine. Elle avait craint ma réaction (la mienne et celle de tout le monde…), moi qu’elle connaît depuis plus de 10 ans, qui ne supporte pas les jugements mesquins et faciles et qui prône la tolérance au quotidien. Elle est partie vivre avec cet homme peu de temps après et notre relation ne s’en est trouvée que plus renforcée. J’ai compris que la peur du jugement des autres et principalement de la société l’avait paralysé dans un premier temps puis poussé à mentir et qu’elle avait perdue pied. Mais je pensais que le fait d’être confrontée aux regards des autres sur sa relation « atypique » l’aiderait à voir les choses différemment, de façon plus ouverte. Ce ne fut pas le cas.

[saut]

prisonner

[saut]

« Si vous prêtez attention à ce que les gens pensent,
vous serez toujours leurs prisonniers »

(James Frey)

[saut]

Iy a quelques mois, une autre amie a rencontré quelqu’un (décidément, c’est « le temps de l’Amour » dirait Françoise Hardy si elle passait par ici !). La question de l’âge ne s’est d’abord pas posé. Mon amie, qui aura bientôt 25 ans, semble plus jeune que son âge. Le jeune homme en question, plus vieux. Ils ont fait connaissance, se sont apprivoisés jour après jour… Puis un jour, la révélation : 7 ans les séparent. Le jeune homme en question aura 18 ans dans quelques mois. Elle a tenté de se raisonner puis de s’éloigner : 7 ans, ce n’est pas rien, d’autant plus qu’il n’est pas encore tout à fait majeur. Leur relation était vouée d’avance à l’échec et il valait mieux arrêter les dégâts tant que tout cela n’avait pas vraiment commencé. Mais que faire quand le cœur n’écoute déjà plus la raison ? Quand mon amie a osé nous en parler, j’ai été ahurie par les commentaires qu’elle a reçu, même de gens qu’elle connaît depuis longtemps. Peut-être dois-je me faire à l’idée qu’on ne vit pas dans un épisode des Bisounours mais au risque de me répéter, je rêve d’un monde où l’amour n’aurait ni âge ni couleur… Au lieu de ça, elle a reçu une myriade de commentaires qui m’ont laissée pantoise et impuissante. Morceaux choisis :

[saut]

« Non mais tu es complètement folle, ressaisis-toi ! Puis c’est interdit par la loi je te signale. Le détournement de mineurs, c’est une notion qui te parle ou bien ???! Quand tu finiras en taule, tu rigoleras moins… » (mais ils apprennent à se connaître ! Qui a parlé de sexe ? Évidemment la question se posera (comme dans tous les couples, non ?) mais est-ce une raison pour mettre la charrue avant les bœufs ?)

[saut]

« Tu as vraiment envie de finir en mode cougar à ton âge ? C’est un peu pathétique non ? » (non mais on déraisonne complètement là les gens, on parle d’une relation 18 – 25 ans  (arrondissons !), pas 18 – 46…)

[saut]

« Et tu seras capable d’assumer les regards et les cancans qu’il y aura forcément sur votre passage ? » (euh… Comment dire… A part pour ceux qui sont au courant, ils semblent avoir le même âge. Et puis même : OSEF !)

[saut]

Et, last but not least : « Ce serait tellement moins grave si c’était l’inverse ! Mais là, le fait qu’il soit le plus jeune fait carrément pervers. » (Pincez-moi s’il vous plaît que je me réveille).

[saut]
psychologie
[saut]

« Avant de vous diagnostiquer comme souffrant de dépression
ou d’un cruel manque de confiance en vous,
assurez-vous d’abord en premier lieu que vous n’êtes pas tout simplement
entourés de trous du cul »

(William Gibson)

[saut]

Hé oui, à la vérité, voilà où nous en sommes aujourd’hui encore : le fameux cliché bien mièvre de l’homme (forcément plus mur et plus expérimenté, sinon c’est la loose), qui protège sa petite femme, jeune et innocente. L’inverse est forcément impossible, voire pire : choquant et dégoûtant. Je n’aime pas parler de « gravité » car c’est justement ce que je « dénonce » dans cet article (il n’y a rien de « grave », tout ceci n’est jamais que de l’amour que je sache) mais les avis dégoulinants de bons sentiments et bien pensants dans un sens mais pas dans l’autre ont le don de m’agacer. Je sais qu’on ne peut pas voir tout en blanc ou tout en noir mais cela m’échappe : soit tout est grave, soit rien ne l’est. Entendre une amie sous-entendre que sa situation n’a rien de choquant car, dans son cas, son copain est le plus âgé, me donne une douce nausée.

[saut]

Lpolitique de l’autruche porte décidément bien son nom et l’hypocrisie latente a un bel avenir dans notre société ouverte, tolérante et résolument moderne ! C’est vrai que mon amie a choisi d’avoir des sentiments pour quelqu’un de plus jeune qu’elle (ce qu’elle ignorait en plus en premier lieu…). Bien fait pour elle après tout : elle n’avait qu’à choisir un homme plus âgé, même beaucoup, et là, personne n’aurait rien trouver à redire (ou presque, n’exagérons rien tout de même). Mais là, c’est INTERDIT. Point final. On se croirait presque dans un (mauvais) remake de Roméo et Juliette : « Je l’ai connu trop tard et vu trop tôt sans le connaître vraiment… Prodigieux amour auquel je viens de naître et qui m’impose d’aimer un ennemi détesté. »

[saut]

daria-how-stupid-people-can-be

[saut]

« Parfois, je trouve fantastique de voir à quel point les gens peuvent être stupides. »

(Daria)

[saut]

Alors oui : Ève a croqué la pomme. Et vous voulez savoir ? Je pense qu’elle a bien fait. Ce micro-dérapage lui a sans doute collé pour toujours et à jamais le prix de « femme faible de l’année » sur le front mais et alors ?! Au moins a-t-elle écouté ses envies au lieu de les bâillonner… Il y aura toujours des conséquences à nos actes car les gens parleront toujours, spécifiquement quand ça ne les regarde pas et encore davantage quand il n’y aura rien à dire. Alors que faut-il faire, quelle est la bonne marche à suivre ? Se plier aux règles édictées, être raisonnable, ne pas braver l’interdit de peur d’être montré du doigt mais avoir l’intime conviction de passer à côté de quelque chose de vraiment unique, peut-être même le bonheur ? Ou prendre le risque d’être heureux, risque qui lui n’attendra probablement pas ? C’est là que le tristement célèbre dicton de ce cher Oscar Wilde, « Le meilleur moyen de résister à la tentation, c’est d’y céder », prend tout son sens… Ne pas céder à la tentation, c’est faire taire ses envies et, fatalement, en être prisonnière. Succomber à la chose reviendrait à tourner une bonne fois pour toutes le dos à cette tentation et donc de s’en libérer… A moins que ce que l’on dise soit vrai : il y a peut-être tout simplement des gens que l’on rencontre trop tôt et d’autres trop tard et il n’y a rien d’autres à faire que de se raisonner…

[saut]

Appel à mes adorables lecteurs s’ils passent par là :

[saut]

Vos avis sur la question m’intéressent véritablement, aussi variés soient-ils !
Que pensez-vous de la notion « d’interdit » dans notre société ?
Pensez-vous que les règles soient faites pour être brisées
ou au contraire suivies ?

LA tentation, vous y résistez massivement ou vous craquez ? 😉
L’histoire de mon amie vous choque-t-elle réellement ?
(je suis ouverte à tout avis, ne craignez rien !)
Et si oui, quel élément vous dérange le plus :
le fait que le jeune homme en question soit mineur
 ou simplement plus jeune ?

[saut]

Merci d’avance pour toutes vos contributions
que j’espère lire prochainement !

[saut]

Puisqu’on ne vivra jamais tous les deux…
Puisqu’on est fous, puisqu’on est seuls,
Puisqu’ils sont si nombreux.
Même la morale parle pour eux…
J’aimerais quand même te dire :
Tout ce que j’ai pu écrire,
Je l’ai puisé à l’encre de tes yeux.
(…)

Tu viendras longtemps marcher dans mes rêves.
Tu viendras toujours du côté où le soleil se lève.
Et si malgré ça j’arrive à t’oublier…
J’aimerais quand même te dire :
Tout ce que j’ai pu écrire,
Aura longtemps le parfum des regrets…

[saut]

(A l’encre de tes yeux – Francis Cabrel)

[saut]

Publicités

3 réflexions sur “Et Ève croqua la pomme…

  1. Alors la je vais te dire que ca me parle…….deja cette chanson je l’aime parce qu’elle m’a longtemps accompagnee sur le chemin de ces amours dits interdits.
    Je pense qu’il y a deux sortes d’interdits, ceux qui remettent en cause les valeurs fondamentales de la societe et qui font du mal a autrui et les interdits forges par la societe.
    Ce sont ces derniers pour lesquels je conseillerai a tout un chacun d’aller contre. Parce qu’ils ne sont pas fondes.
    Pour en revenir a l’amour, on ne choisit pas qui l’on aime. Ca nous tombe dessus comme ca.
    Moi je me suis battue pour l’amour justement, lui ce n’etait pas l’age c’etait la couleur de sa peau et sa religion aussi peut-etre.
    C’est quoi ces interdits a la noix, il s’en est passe des annees depuis Romeo et Juliette. Je crois qu’il est grand temps que les gens changent leur maniere de voir les choses. Je passerais sous silence tous les horribles commentaires que j’ai eu.
    Alors je pense a ton amie qui a comme tout le monde le droit d’aimer. Et s’il est plus jeune ou est le probleme. L’important ce sont eux deux, personne d’autre n’est dans leur relation et ca ne regarde personne tant qu’ils sont heureux.
    Ni l’un ni l’autre ne me choque, parce que comme tu le dis le jeune homme aura bientot 18 ans et que dans le laps de temps qu’il reste, ils peuvent apprendre a se connaitre doucement.
    Maintenant le concept detournement de mineur quand les deux personnes sont consentantes j’ai du mal a comprendre, surtout quand on sait que de nos jours la premiere experience sexuelle des jeunes a lieu vers 13/14 ans. Chacun sa notion de l’interdit au final.

    Je vais finir mon expose t’inquietes pas ma belle………….je crois en effet que l’interdit donne envie d’aller au dela de ce qui est permis, mais je pense aussi que parler de l’interdit sans formuler l’interdiction permet de limiter les degats.

    Super article comme d’habitude!
    Bises

    ps – et si ton amie a besoin d’un conseil, dis lui qu’une vie on en a qu’une justement et qu’il faut suivre son coeur, c’est notre meilleur conseiller en la matiere. Les autres ils n’y comprennent souvent rien!!!

    • Ma Marie, merci pour ce « roman » qui est juste formidable ! Qu’il m’a mis du baume au coeur ton joli témoignage… Tu as raison : la société forge des interdictions qui n’ont pas lieu d’être et contre lesquels nous devons nous soulever, à part si l’on veut être prisonnier toute sa vie durant… Tout comme toi, je considère que l’amour nous tombe dessus : ça ne se commande pas et c’est là toute la beauté de la chose justement. Mais certains pensent encore malheureusement qu’on ne doit pas tomber amoureux de « n’importe qui », selon ce que nous souffle la société à l’oreille… Et c’est justement cette imbécilité que je dénonce ! J’imagine aisément ce que ton époux et toi-même avez dû subir, certaines personnes sont encore tant fermées d’esprit… Heureusement, l’amour a vaincu dans votre cas même si ça n’a pas dû être facile tous les jours. Quand je pense à tous ces couples qui finissent par se séparer face à la pression qu’ils subissent de la société ou encore leur entourage… Tant de bêtise me fait mal au coeur. Comme tu le dis à merveille, mon amie a le droit d’aimer et elle le mérite sincèrement.
      Mais toutes ces réactions négatives qu’elle a reçu lui ont fait comprendre que le chemin serait très difficile si elle décide de s’y engager. Je crains que la peur ait un peu pris le dessus même si ses sentiments sont sincères. J’espère qu’elle aura le courage d’écouter son coeur et de vivre sa vie, de ne pas laisser sa chance passer. Quoi qu’il en soit, si personne ne la soutient, elle pourra compter sur moi pour le faire et lui rappeler qu’elle mérite d’aimer et d’être aimée, peu importe les « critères » stupides édictés par la société. Encore merci pour ton commentaire et tes avis qui sont toujours plein de sagesse et de tolérance, j’adore toujours autant te lire !

  2. Roman pour roman, merci pour ta reponse ma belle. En te lisant, il y a une phrase qui a retenu mon attention. Oui quand on s’engage on prend un chemin difficile. Mais je crois que toute histoire a sa maniere continent une dose de facile et de difficile. Qui sait vraiment ce que l’avenir nous reserve. Seulement les annees donneront une reponse……..je crois qu’il faut avant tout essayer de ne pas avoir de regret, de ne pas en vouloir a la terre entiere de ne pas avoir oser.
    Bises et merci pour tous ces sujets dont tu parles toujours avec autant de passion et de grace.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s