My story about Muse’s Madness

 

Hello mes petits rockers ! 

 

Aujourd’hui n’est pas un jour comme les autres : après des mois d’attente, le nouveau single de Muse, « Madness », a enfin été dévoilé. Le titre donne un bref aperçu de ce que sera leur nouvel album, The 2nd Law, après « Survival », LA musique officielle des JO 2012 qui m’avait déjà largement émue (vous vous adressez à une fan au cas où vous l’ignoriez !), malgré les critiques plus que négatives qu’ils ont dû essuyer…

[saut]
madness-muse
[saut]

Mon histoire avec Muse ne date pas d’hier. Au collège, une copine me parlait déjà avec passion d’un groupe, à peine connu à l’époque, et qu’elle nommait « Muse », en le prononçant à la française (aujourd’hui encore, on rit en repensant à sa tête lorsqu’elle a appris que le fameux Muse tenait plus de l’Anglais que d’autre chose). Parce que je trouvais le nom du groupe sympa et qu’elle m’en parlait comme de véritables dieux, je me suis laissée tenter à écouter Origyn of Simmetry qui venait juste de sortir, puis, rapidement, je me suis procurée Showbiz, leur précédent album.

[saut]

Sl’on peut parler de coup de foudre musical, c’est bien ce que j’ai vécu ce jour-là dès que j’ai entendu les premières sonorités de leurs chansons. « Sunburn », qui allait devenir une de mes chansons préférées, a ouvert le bal. J’étais sincèrement éblouie par tant de beauté, littéralement envoûtée par la voix de Matthew Bellamy qui me transportait dans des univers lointains et inconnus. « New Born », « Bliss », « Plug in Baby »… Leurs chansons coulaient véritablement dans mes veines et ne me quittaient plus. J’étais accroc à cette drogue douce et j’en redemandais même !

[saut]

muse_titre

[saut]

Quand Absolution est sorti en 2003, j’ai passé des soirées entières avec ma meilleure amie à écouter cet album en boucle tout en refaisant le monde. Nous leur trouvions véritablement du génie et, encore trop jeunes, nous rêvions du jour où nous pourrions aller les écouter en concert. Le temps du lycée a amené avec lui le magnifique Black Holes and Revelations et son déchirant « Map of the Problematique » que j’écoute toujours avec autant de frissons aujourd’hui. Cela peut sembler lyrique mais je peux dire avec honnêteté que Muse m’a accompagné dans toutes les étapes de ma vie. Joie, peine, colère, excitation : il me suffisait de mettre mon casque sur mes oreilles pour qu’ils m’apaisent en un clin d’oeil, comme une présence invisible à mes côtés. Le 15 décembre 2006, à Bercy, un rêve se réalisait : enfin, je les voyais en concert pour la première fois. Leur énergie, les décors incroyables qu’ils avaient à cœur de choisir pour leur public, la communion entre les fans, leur générosité sans borne : tout, absolument tout était magique. C’est probablement ce soir-là que j’ai compris que la musique pouvait accomplir de vrais miracles, comme réunir et apaiser les gens le temps d’un moment unique. Ce soir-là, j’ai attrapé le virus des concerts qui dès lors ne m’a plus jamais quitté…

[saut]

muse-en-concert

[saut]

Resistance Tour – novembre 2009

[saut]

Puis en 2009 est venu le temps de Resistance et, fatalement, de l’étonnement. Muse voulait se renouveler et offrait à ses fans un album aux sonorités nouvelles qui ne remportait pas forcément l’adhésion de tout un chacun. Certaines chansons me séduisaient, d’autres me laissaient plus perplexes, révélant des faux-airs de Queen, pas désagréables mais définitivement étonnants. Un tournant s’amorçait mais, fan de la première heure, je ne pus m’empêcher d’être présente au rendez-vous pour le « Resistance Tour » parisien du 17 novembre 2009. La soirée fut magistrale. Quelle sensation incroyable d’être de nouveau réunies autour de ce groupe avec lequel nous avions grandies de bien des façons…

[saut]

Aujourd’hui, quatre concerts exceptionnels plus tard dont l’un au Stade de France, dire que j’attends The 2nd Law avec impatience est donc un bel euphémisme (vous l’aurez compris je pense !). C’est avec excitation que j’attendais ces derniers jours que soit enfin dévoilé le premier single du nouvel opus de mon groupe phare (que dis-je, de mes dieux vivants !).

[saut]

Ais-je été déçue ? NO WAY !

[saut]

Je trouve que ce nouvel extrait est une réussite, différent certes de tout ce qu’ils ont offert à leurs fans pour le moment, mais loin d’être mauvais. Je l’écoute sans interruption depuis ce matin et je suis toujours autant fascinée par la voix de Matthew que je trouve plus pure et plus maîtrisée que jamais, donnant une douceur profonde à l’ensemble. Le début, très électronique, peut s’avérer déroutant mais la chanson va crescendo, aussi bien en beauté qu’en intensité et devient très vite entêtante (au sens positif du terme). Il est vrai que la guitare électrique est pour ainsi dire inexistante (hormis un solo particulièrement intense d’ailleurs) et que le tournant électronique souhaité et annoncé est bel et bien présent.

[saut]

Mais j’aime.

[saut]

love-madness-muse

[saut]

Capture d’écran du clip « Madness »

[saut]

Les premières sonorités ont atteintes directement mon cœur, preuve que la magie opère encore après toutes ces années… Les critiques sur la Toile ne sont évidemment pas tendres depuis ce matin (comme souvent, les gens se révèlent réfractaires au changement et à l’évolution…). Certains sont déçus car le Muse du début que tout le monde aimait et admirait semble faire définitivement parti du passé… Mais quel mal y-a-t-il à se renouveler, à chercher d’autres versants à son art ? D’autant plus qu’il s’agit toujours de la « patte » de Muse, incontestablement. Pour ma part, j’attendrai d’avoir entendu l’album complet pour me forger une opinion définitive. Mais quelque soit l’orientation musicale qu’ils décident de prendre, Muse restera et de loin le groupe qui a marqué chaque moment de ma vie… Rendez-vous le 1er octobre pour la découverte complète de The 2nd Law ! 

[saut]
the-second-law-muse

[saut]

Et vous mes petites coccinelles,
un groupe qui a marqué et marque toujours votre vie ?
Depuis quand dure cette belle histoire d’amour ?
Donnez moi des détails, je suis curieuse 😉

[saut]

Publicités

4 réflexions sur “My story about Muse’s Madness

  1. Il faudra que je te raconte comment je les vu de très près un jour de balade à Cannes, où encore peu connus, ils répétaient pour le plateau de canal…

  2. Je suis comme toi une amoureuse d’Amélie Nothomb et de Muse.

    Le premier livre que j’ai lu d’elle était Mercure, et je suis tombée sous le charme instantanément. Mon livre favori d’elle reste Acide Sulfurique.

    Pour Muse, c’est une de mes copines en 2000 qui m’a fait découvrir le groupe. Elle les suivait depuis la première heure, fan absolue, déçue un peu de leur entrée dans ce qu’elle appelait le
    star
    système. De mon côté, je me suis joyeusement laissée envoûtée:-)
    Je n’ai jamais eu l’occasion de les voir en concert, mais leurs albums m’apporte une énergie et un sentiment de liberté que j’ai connu avec peu d’artistes. Mon hit: NewBorn.

    • Merci pour ta visite ! Nous voilà en effet deux jolis points communs 🙂 Acide Sulfurique est brillant en effet, je l’adore également. Quant à Muse, si tu as l’occasion un jour de les voir en concert n’hésite pas : ils sont extra (mais ça, tu le sais déjà ;)). New Born est aussi un de mes titres préférés (décidément !) avec Bliss et Sunburn. Que d’émotions dans leur musique… Du bonheur tout simplement 🙂 A bientôt !

Les commentaires sont fermés.