J’ai testé pour vous… Les Frappuccino Starbucks version grande surface (directement dans mon salon !)

 

Hello mes petits assoiffés !

 

Je vous en parlais ici il y a quelques temps : je suis une coffee addict. J’ai bien tenté de me soigner (à de moultes reprises) mais allons bon, sans succès (alors à quoi bon lutter ? Je vous le demande ;)) Aussi, quand j’ai appris que Starbucks (LA marque qui me fait craquer à tous les coups) allait lancer en grandes surfaces ses cafés glacés Frappuccino (que j’adore) directement à portée de mon caddie, j’ai bien cru défaillir (ma gourmandise beaucoup et mon portefeuille un peu aussi, j’avoue). Bon, je ne vous cache pas qu’il m’a bien fallu aller faire mes courses un milliard de fois avant de songer à en acheter (comment ça « mémoire de poisson rouge » ?!) mais j’ai enfin réussi ! (Hallélujah). Au rayon frais, coincés entre les yaourts et les yaourts à boire, ils sont subitement entrés dans mon champ de vision pour ne plus en sortir. Hypnotisée, je me suis dirigée vers eux la main tendue (et le cœur battant… Comment ça j’exagère un peu ?!).

havent-had-my-coffee-yet

[saut]

Premier hic (il en fallait bien un) : je m’étais mis dans la tête que je voulais à tout prix tester le goût vanille en number one (souvent femme varie mais pas moi) puisque Starbucks propose trois parfums en grande surface : vanille donc, café et moka. N’ayant pas la joie de retrouver ma boisson préférée, à savoir le Frappuccino caramel, en supermarché, j’avais donc choisi de me rabattre dans un premier temps sur la vanille. (Tu me suis toujours cher lecteur ?). Mais, tragédie suprême, point de vanille en vue ce jour-là. Le rayon est dévalisé (une bonne nouvelle pour les affaires de Starbucks ?) et j’ai le choix entre café et… café. Bon bà ce sera café ! (ça m’évite de tergiverser pendant trois heures et de finir par prendre les trois goûts faute d’indécision… Merci Carrouf’ !).

[saut]

Retour at home, je mets ma petite bouteille au frais (coffee addict oui, goulue certainement pas : quitte à tester autant le faire correctement ;)) Je dis ça mais en vrai dur dur d’attendre tant j’ai hâte de voir ce que ça donne…). Tic tac, tic tac… Quand je considère avoir attendu assez longtemps (comment ça dix minutes c’est pas suffisant ?) je me lance dans mon test. Pour rappel, un Frappuccino version « boutique » c’est ça :

frappuccino

(enfin à peu près quoi, c’est comme le big mac en photo qui n’a
jamais vraiment l’air d’un big mac ;))

[saut]

Un Frappuccino version grande surface, c’est ça : (Je vous rassure, je n’en étais quand même pas à penser que le premier se retrouverait vraiment au rayon frais de mon supermarché (je suis optimiste certes, mais n’exagérons rien !)).

[saut]

frappuccino-grande-surface

[saut]

3. 2. 1… C’est parti pour le test !

[saut]

Le Packaging :

[saut]

Je le disais déjà dans l’article préambule à mon addiction, je suis fan de ces petites bouteilles en verre que je trouve résolument modernes, raffinées et élégantes. Elles me font penser aux petites bouteilles de lait que le laitier dépose au pas de la porte au petit matin en Angleterre (on sent pas la fille qui a regardé un milliard de fois « A nous les petites Anglaises »… Je suis gril-lée à vie). Vous allez me dire, cette ressemblance doit certainement s’arrêter aux portes de mon imagination car on peut difficilement faire plus américain que Starbucks et ça m’étonnerait qu’ils aillent puiser leur source d’inspiration chez les English… Enfin bref, je digresse ! (encore).

[saut]
frappuccino-cafe
[saut]

Le Prix :

[saut]

Parlons peu parlons bien ! La bouteille de 25 cl m’a coûté 2,19 euros. J’avoue trouvé cela un peu cher mais finalement pas tant que ça vue la marque. Pour rappel, un Frappuccino en tall (c’est-à-dire la plus petite taille pour les néophytes !) coûte actuellement 5,25 euros en salons (d’ailleurs, ça fait tourner la tête de le voir écrit noir sur blanc… Argh !). Après, il ne sert à rien de comparer les deux produits puisqu’ils n’ont de commun que le nom et la fraîcheur (mais j’y viens !). Je pense aussi que la bouteille en verre (que je trouve pourtant si jolie) pèse bien lourd dans la balance de ce prix. A part si vous souhaitez faire collection en transformant la bouteille en pot à crayon, le verre ne sert pas à grand chose et finit direct à la poubelle… Et puisque Starbucks semble mettre un point d’honneur à mettre en avant le commerce équitable et l’avenir de la planète, pourquoi ne pas songer à une alternative en plastique ? (quoique pour la saveur et la conservation, le verre a peut-être son utilité ? Allez savoir).

[saut]

La Saveur :

[saut]

En ouvrant la bouteille, j’ai été agréablement surprise par l’odeur très proéminente du café. Non pas que j’imaginais une boisson fade ou douceâtre mais je n’étais pas sûre que la saveur soit réellement au rendez-vous. Hé bien que tous les passionnés de café se rassurent, le goût est bel et bien présent. La boisson est rafraîchissante puisqu’il est recommandé de la consommer bien fraîche et en ces temps de grosse chaleur, je n’en ai fait qu’une lampée (enfin quasiment !). Je l’ai trouvé légère, très peu sucrée et non écœurante même si je pense que 25 cl est une juste dose : pas nécessaire d’en abuser non plus ! Je ne suis pas sûre que j’en boirais des litres mais c’est aussi le but d’une « gourmandise » quelle qu’elle soit. En résumé : une boisson glacée agréable et qui tient ses promesses au niveau du goût !

[saut]

VERDICT :

[saut]

Suis-je séduite au point d’en vouloir continuellement dans mon frigo et d’en boire quotidiennement ou presque ? La réponse est non. Nous sommes humains et l’un de nos problèmes (entre autres !) est que nous avons pour habitude de comparer. Or, comme je le disais plus haut, les deux Frappuccino (ceux que nous connaissons en boutique et celui que je viens de tester) n’ont rien de commun, si ce n’est le logo qui est apposé dessus et le café qui le compose. Or, qu’est-ce-que j’aime plus que tout chez les Frappuccino Starbucks ? L’onctuosité de leurs boissons, un peu épaisse mais qui sait rester légère, (mélange parfait entre le milk-shake et le simple café), la délicieuse crème fouettée qui les recouvre, le trait de caramel qui parfait le tout… Bref, je pense que vous avez compris l’idée 😉 Le Frappuccino version grande surface est un café froid goûteux que je recommande à tous les curieux et à ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un salon Starbucks à portée de mains mais qui n’apporte pas le délice (que dis-je ? La jouissance !) que je peux ressentir en allant directement chez Starbucks.

[saut]

love-coffee

[saut]

Conclusion :

[saut]

Jpréfère continuer à mettre occasionnellement 5,25 euros dans un produit qui m’apporte un réel plaisir que 2,19 euros plus régulièrement dans une boisson agréable mais pas transcendante (en tout cas à mes yeux). Mais (parce que souvent femme varie mais pas moi), je pense que je tenterai tout de même la version vanille à l’occasion (si je parviens à mettre la main dessus !), que je sache quand même ce que j’ai loupé ce jour-là !

[saut]

Ps : s’il est utile de le préciser (je pense que vous l’aurez tous compris mais dans le doute…) : ceci n’est PAS un billet sponsorisé mais une simple expérience de consommatrice que je voulais partager avec vous.

[saut]

Et vous mes sauterelles, fan de café ?
Déjà membre de la secte Starbucks
ou fermement opposé à ce géant d’Outre Atlantique ?
Envie de tester cette boisson glacée (si ce n’est pas déjà fait)
ou au contraire de passer votre chemin ?
Des bisettes à tous !

[saut]

Advertisements

4 réflexions sur “J’ai testé pour vous… Les Frappuccino Starbucks version grande surface (directement dans mon salon !)

  1. uste pour info, les bouteilles en verres n’existent plus, elles sont dorénavant en plastique ! Cela fait plus cheap : un autocollant pour le français collé à la rapide sur le côté de la
    bouteille…et surtout l’argument donné au départ pour l’utilisation du verre afin de conserver les saveurs du café passe un peu à la trappe m’enfin bon..

    • Merci pour cette information intéressante Lili ! J’ignorais totalement que les bouteilles en verre avaient disparues… Espérons au moins que cela aura eu une conséquence sur le prix, sans quoi cela n’a pas grand intérêt. J’aimais beaucoup le côté « verre » comme je le disais dans l’article, dommage…

Les commentaires sont fermés.