Pourquoi cadeaux « gratuits » riment (souvent) avec « pourris »

 

Hello mes petits shopping online addict

 

Véritable phénomène de société dont on ne parle pas assez : le cadeau pourri. Mais pas n’importe lequel : pas celui que nous offre tante Jacqueline à Noël en étant persuadée que celui-ci nous correspond à 100 % (ce cadeau-là est même mignon de naïveté quelque part, tant et si bien qu’on ne peut pas le refuser dès lors qu’on a un peu de conscience en stock. Mais rien ne nous empêche de le cacher au fond d’un tiroir). Non, aujourd’hui je voudrais parler du cadeau que certaines sociétés de vente par correspondance offrent à leurs clientes en remerciement de leurs commandes et de leur fidélité.

Mais si : vous savez, ce cadeau « gratuit pour tout achat » qui attire généralement le chaland grâce à son visuel toujours esthétique qui le met en valeur et qui nous fait dire, pauvres crédules que nous sommes, « ouah, beau et gratuit en plus ! Allez, je commande ». Hé bien ce cadeau (et c’est un constat établi après des années de shopping en ligne) est généralement d’une inutilité à toute épreuve et bien loin de la description établie sur le premier bon de commande.

Je m’explique. Prenons le cas d’une société de cosmétiques par correspondance que nous nommerons pour les besoins de notre démonstration « ABC » (au hasard). Étant cliente chez eux depuis de nombreuses années, je reçois régulièrement de petits catalogues, généralement avec une offre qui se veut alléchante (vos trois produits préférés à – 25 %, 150 produits à – 50 %… Bref, vous avez compris l’idée).

 maquillage

Dernièrement, ABC me propose de passer commande en bénéficiant de remises (je vous épargnerai les pourcentages dont je ne me rappelle tout simplement plus et qui ne servirait pas notre démonstration). Petite chanceuse que je suis, ABC m’offre en plus gratuitement, en cadeau et parce que je suis une cliente VIP (s’il vous plaît) un « thermo mug ». Mince, me voilà piéger ! Moi qui rêve d’en avoir un depuis que j’ai vu Carrie Bradshaw déambuler dans les rues de Manhattan avec le sien dans Sex And The City, c’est l’occasion rêvée. Il est tellement joli avec son design élégant et tellement moins cher que ceux qui me font de l’oeil chez Starbucks (bà oui, forcément puisqu’il est gratuit ! Vous suivez toujours ?). Ce serait vraiment un crime de ne pas céder et de passer à côté de l’accessoire « in » que se doit de posséder toute working girl qui se respecte.

thermo-mug-starbucks

Bref, je passe commande. J’avais justement besoin d’un petit quelque chose pour me donner bonne mine et j’en profite pour acheter un mascara bleu pour colorer les cils dont il est précisé qu’il s’agit d’un « mascara ultra volume ». En deux mots : je craque, exactement comme les « marketeux » de la marque l’avaient prévu. Sauf que. Arrivée au moment de valider le fameux panier, j’ai grand mal à avaler ma salive, et pour cause ! Avec les frais de port à près de 6 euros (de quoi donner le vertige), la commande chiffre à 24 euros. Pas excessif pour certains mais quand même pas mal pour un total de deux produits ! Je me rassure en me disant qu’avec mon super cadeau et les 3 échantillons de produits gratuits, je ne perds pas tout dans l’affaire.

mascara

Au bout de quelques jours, je reçois avec bonheur mon colis par la poste. La première chose que je vois est MON thermo-mug. Aussi beau que sur la photo, je ne suis pas déçue ! Le mascara, lui, me surprend quelque peu. Il est tout simplement… minuscule. Honnêtement, s’il n’est pas sec au bout de quelques utilisations, je n’y comprends rien. Je vérifie sur le catalogue le prix de ces-dits mascara hors réduction et là je manque de tomber de ma chaise : 11,90 euros ! La blague ! Cela dit, la couleur me plaît et je sais que j’en ferai bon usage même si je ne le rachèterai jamais hors réduction.

mascara-2-copie-1

Je m’apprête à utiliser le thermo-mug pour la première fois lorsque je tombe sur la notice d’utilisation. Et là, c’est le drame ! Il est dit en effet que : « ce thermo-mug est destiné à conserver la fraîcheur ou la chaleur ». Jusque là, rien d’anormal. Sauf que, il est spécifié qu’il « ne faut pas mettre de boisson bouillante à l’intérieur sous risque de détérioration » Problématique. Je ne sais pas ce que vous envisagez de mettre dans ce genre de récipient mais généralement, je viserais plutôt pour du thé ou du café. Chaud de préférence. Mais visiblement, ce n’est pas prévu pour.

thermo-mug

Tant pis, rabattons-nous sur les boissons froides ! Hé bien non, toujours pas : « ne pas mettre de boissons gazeuses ni d’alcool dans le thermo-mug ». D’accord. Bon. Vous prendrez bien un petit verre d’eau peut-être ? Et si l’envie vous prenait d’outre-passer ces directives et d’y mettre tout de même une boisson chaude, sachez que c’est à vos risques et périls : « soyez attentif car la surface deviendra très chaude » et « ne laissez pas de boisson dans le mug durant une longue période. Cela pourrait mener à une décomposition ou à une détérioration » (la période n’est pas précisée mais parti comme c’est, je parierai sur une heure ou deux. Maximum). Et si vous décider de le laver (je ne vois pas comment puisque jusqu’à preuve du contraire nous n’avons toujours pas pu l’utiliser), « ne le mettez pas au lave-vaisselle ». Génial, de mieux en mieux ! Pour finir, last but not least, « il ne peut pas être transporté dans un sac car l’étanchéité au niveau du bec n’est pas garanti ». Curieusement, je m’imagine mal aller au bureau en le calant entre mes genoux dans le métro mais on peut toujours essayer !

Si vous aussi, à ce stade, vous avez l’impression
d’être pris pour une buse, pas d’inquiétude :
c’est effectivement le cas !

Tout réside donc dans la capacité à détourner le cadeau d’origine, qui, avouons-le, ne vous sert strictement à rien en l’état. Dans mon cas, tout est réglé : j’avais justement besoin d’un pot à crayon ! (joke). Conclusion (et c’est enfantin vous me direz), « gratuit » rime rarement avec « qualité » et « utilité ». Vous qui pensiez être récompensés pour votre fidélité (et ce serait bien normal vu le trou que vous laissez dans votre compte en banque à chaque commande), voici ce que vous gagnez en vérité : des frais de port qui, ni vus ni connus, augmentent gentiment le total de votre commande et annulent à peu de choses près les « réductions » que vous pensiez avoir sur vos achats, et des « cadeaux » (empoisonnés) que vous auriez même honte d’envoyer à une ONG.

 cosmetiques

De son côté, la marque ABC ne prend pas trop de risques puisque comme tant d’autres, je resterai malgré tout cliente chez eux (« imbécile ! » me crie-t-on dans l’assistance). Année après année, certains de leurs produits sont devenus pour moi des must have dont je ne pourrai pas me passer en matière de beauté. Mais une chose est certaine, c’est qu’à force de prendre ses clients pour des pigeons, il ne faut pas s’étonner s’ils commandent avec de plus en plus de parcimonie et finissent par s’envoler voir ailleurs…

Les visuels utilisés sont non contractuels et utilisés dans un pur but illustratif 

Publicités